Toute l'actualité réservée aux abonnés PRO

Sur blé, apparition d’oïdium, de septoriose et de rouille jaune

Echo des plaines Sur blé, apparition d’oïdium, de septoriose et de rouille jaune

Si les maladies sont restées assez discrètes jusqu’à présent, dans les parcelles de blé, l’oïdium a fait son apparition dans les régions où il est traditionnellement présent, sur variétés sensibles et dans les parcelles à fortes densités de pieds. La septoriose commence également à se manifester dans les parcelles qui ont atteint le stade 2 nœuds, il est de même de la rouille jaune. Les colzas sont entrés, pour la plupart d’entre eux, en période de sensibilité au sclérotinia et pour certains, en phase de sensibilité aux charançons des siliques
Sur colza, anticiper la protection contre le sclérotinia

Echo des plaines Sur colza, anticiper la protection contre le sclérotinia

Le colza commence à fleurir un peu partout en France. Il est important de noter la date du passage au stade F1, présence de fleurs sur 50 % des plantes, pour anticiper la période de protection contre le sclérotinia. Le stade G1, de début de sensibilité au sclérotinia, se déroule entre 6 et 12 jours après le passage au stade F1. En blé, quelques symptômes d’oïdium et de rouille jaune commencent à être signalés ponctuellement. Le point région par région.
Sur blé, les premiers symptômes de rouille jaune apparaissent

Echo des plaines Sur blé, les premiers symptômes de rouille jaune apparaissent

Contrairement à certaines années, la rouille jaune fait son apparition timidement cette année dans les différentes régions françaises. Les premiers symptômes sont signalés ponctuellement sur variétés sensibles, aussi bien dans la moitié nord que dans la moitié sud du pays. Les symptômes de piétin-verse restent aussi assez limités cette année. Sur colzas, le risque charançons de la tige a laissé la place à celui des méligèthes, présents un peu partout en France. Contre ce petit coléoptère, il est conseillé de surveiller les parcelles qui n’ont pas atteint le stade floraison et de se rapporter aux seuils de risque de sa région.
Sur colza, surveiller charançons de la tige et méligèthes

Echo des plaines Sur colza, surveiller charançons de la tige et méligèthes

Les conditions climatiques beaucoup plus favorables aux insectes, ont provoqué une généralisation des vols de méligèthes et dans les régions qui n’étaient pas encore concernées, une montée en puissance des charançons de la tige. Dans les deux cas, la vigilance s’impose. En blé, la pression du piétin-verse et de la rouille jaune, premières maladies habituellement signalées, est restée assez limitée pour le moment.
Blé : commencer à surveiller piétin-verse et rouille jaune

Echo des plaines Blé : commencer à surveiller piétin-verse et rouille jaune

Le blé entre dans sa phase de sensibilité au piétin-verse. Il est donc conseillé de vérifier le risque à la parcelle, en fonction de la grille de risque Arvalis. De même, les premiers symptômes de rouille jaune commencent à être signalés. En colza, après une période très perturbée d’un point de vue climatique, qui a gêné les charançons de la tige, le risque est à nouveau à prendre en compte. Dans les régions les plus précoces, la surveillance des méligèthes est également de mise.
Colza, les conditions météo perturbent les vols de charançons de la tige

Echo des plaines Colza, les conditions météo perturbent les vols de charançons de la tige

Les vols de charançons de la tige ont démarré depuis quelques jours et même quelques semaines maintenant, et des traitements ont été réalisés notamment dans le sud-ouest et dans l’ouest, mais le vent et les pluies des derniers jours ont perturbé les vols. Il est malgré tout important de continuer à surveiller les parcelles de colza, maintenant sur l’ensemble du territoire. Dans les régions les plus avancées, il faut aussi surveiller l’arrivée des méligèthes sur colza et du piétin-verse dans le blé.
Colza : le risque charançons de la tige s’intensifie

Echo des plaines Colza : le risque charançons de la tige s’intensifie

Les températures plus douces de ces derniers jours ont été favorables aux vols de charançons de la tige. Dans la moitié sud de la France, les captures se sont fortement intensifiées et le risque est désormais élevé. C’est aussi dans les régions sud que les méligèthes commencent à faire leur apparition, mais sans risque pour le moment, car les colzas ne sont pas encore à un stade sensible.