• S'abonner

La problématique de « l’installation des jeunes en production de semences »

Fnams

| par Virginie Hervé | Terre-net Média

Le département du Maine-et-Loire est très fort au niveau de la production de semences, qui est un plus apporté à l’exploitation, un moyen de diversifier les productions. Mais aujourd’hui, la région doit faire face au problème de la succession et de l’installation des jeunes.

  • -a
  • A+


Les semences potagères sont aussi touchées par
le besoin de multiplicateurs.(© Terre-net Média)

« Cette année, il y a environ 2 à 3.000 agriculteurs multiplicateurs de moins que l’année dernière », ce qui ne se traduit pas forcément par des diminutions de surfaces, les exploitations voisines reprenant les terres laissées libres. Le problème, c’est qu’avec l’agrandissement des surfaces d’exploitation, nombre d’agriculteurs se détournent de la multiplication qui demande beaucoup de technicité et est très spécifique.

Cette problématique sera abordée lors d’une table ronde au congrès de la Fnams (Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences) les 11 et 12 juin prochain à Angers.

Environ 12.000 multiplicateurs de moins en 10 ans

Il y a 10 ans, 30.000 agriculteurs multiplicateurs répartis sur 300.000 ha avec un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros. Aujourd’hui, il n’y a plus que 19.000 multiplicateurs de semences sur 270.000 ha pour un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros environ.

Les obstacles à l’installation sont nombreux. L’investissement tout d’abord, plus important que pour une installation classique. A cela s’ajoute une certaine réticence des banques, il est en effet difficile de prévoir les cours à moyen ou long terme pour le dossier. Un autre frein est constitué par les contrats entre les multiplicateurs et les semenciers qui sont annuels. L’agriculteur n’a pas la garantie que son contrat sera renouvelé l’année suivante, ce qui est source d'incertitude.

Pourtant les établissements semenciers souhaiteraient que la production de semences augmente dans la région selon Michel Bareault de la Fnams, et cela pourra se faire grâce à l'installation de nouveaux agriculteurs multiplicateurs notamment.

A lire aussi:

Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences - Un congrès tourné vers l'avenir de la filière, en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net