[Reportage] Mon projet, mon avenir « Notre magasin est bien plus qu’un projet commercial, c’est un projet de vie »

Terre-net Média

Autour de Chambéry, en Savoie, onze producteurs se sont regroupés pour créer un magasin dans lequel sont mis en vente les produits issus de leurs exploitations. Tous ont la même volonté : mieux maîtriser la commercialisation de leurs productions, à des prix plus rémunérateurs.

Depuis fin novembre 2016, une dizaine de producteurs commercialisent en direct leurs productions dans un magasin construit à l'entrée de l'agglomération chambérienne.Depuis fin novembre 2016, une dizaine de producteurs commercialisent en direct leurs productions dans un magasin construit à l'entrée de l'agglomération chambérienne. (©La Ravoire paysanne)

Aux alentours de Chambéry, onze agriculteurs, installés sur des ateliers de production très divers, ont entrepris un projet de commercialisation directe par la création et l’animation d’un magasin. Tous se sont rejoints avec les mêmes motivations : la volonté de travailler en commun pour simplifier la commercialisation, pour avoir moins besoin de démarcher, de faire les marchés et finalement de moins « courir » pour vendre leurs produits.

En parallèle, une commune de l’agglomération chambérienne, La Ravoire, souhaitait soutenir un projet dynamisant l’économie locale. « La commune a été notre premier soutien puisque c'est à sa demande que le projet a vu le jour en nous proposant un terrain sur lequel le magasin sera construit », expliquent les membres du groupe.

Près de cinq ans ont été nécessaires au montage du projet, estimé à 750 000 €. Outre le soutien de la commune, les agriculteurs ont été suivis par deux banques pour le financement du projet. « Il nous manquait cependant un apport initial pour débloquer les crédits bancaires », racontent-ils. D’où le recours à une collecte de financement participatif. En deux mois, durée classique d’une campagne de financement, les agriculteurs dépassent leurs objectifs en collectant, non pas 20 000 €, mais 27 700 €. Un premier signe de l’engouement des consommateurs du secteur pour un tel projet.

Le magasin des onze producteurs fondateurs est sorti de terre courant 2016 pour ouvrir fin novembre. Dans les rayons, les consommateurs retrouvent leurs productions : légumes, fruits, viande bovine, ovine, porcine, volailles, produits laitiers, pains, escargots. « Pour les associés, la part de leur production vendue dans le magasin est variable. Elle oscille entre 30 % à 60 %. Le magasin commercialise aussi des produits d’agriculteurs simplement « dépôts vendeurs ».

Une commercialisation  maîtrisée par les producteurs

La SARL que les producteurs associés ont créée pour gérer le magasin se rémunère par une commission de fonctionnement sur les ventes. Ouvert du mercredi au samedi, le matin et l’après-midi, le magasin est tenu par trois personnes, dont un à deux producteurs. « Les producteurs associés doivent faire les permanences, et veiller au bon fonctionnement du magasin ». Le groupe emploie aussi deux salariés pour 1,5 équivalent temps plein.

Après un bon démarrage à l’ouverture du magasin, les producteurs veulent avant tout « optimiser le ratio quantité de production/client ». « Il s'agit, à court terme, de trouver le nombre de clients permettant d'écouler nos produits et fidéliser cette clientèle. Nos exploitations sont limitées en production. Donc il faut fidéliser une clientèle correspondant à l'échelle du magasin, pour parvenir à un chiffre d’affaires entre 1 et 1,5 million d'euros. Plus le chiffre d'affaires sera élevé, plus nous pourrons baisser nos commissions et rendre nos productions rentables et donc nos exploitations viables », argumentent les producteurs.

Pour eux, ce projet fait gagner du temps. « Cela nous libère du temps pour une commercialisation plus rentable. Gagner du temps, c’est gagner de l’argent et améliorer notre vie sociale. » Le projet rend beaucoup plus attractif la vente de leurs produits. « De nouveaux liens se créent avec les consommateurs. »

Toutes les conditions semblent réunies pour parvenir à un trafic de clientèle optimal. « Nous sommes en zone urbaine, sur un axe de circulation important. Nous sentons une envie de la population à un retour au local et au « manger bon ». Après six mois d’ouverture, les producteurs gardent comme priorité l’amélioration qualitative de leur magasin. « Nous devons développer la communication sur nos produits, développer des animations et continuer la recherche de nouveaux producteurs pour élargir la gamme et donc augmenter le panier moyen de nos clients. Avec ces efforts, le bouche à oreille se fera tout seul. »

Chaque mois, retrouvez « Mon projet mon avenir » #MPMA, un témoignage réalisé en partenariat avec MiiMOSA, le premier site de financement participatif exclusivement dédié à l’agriculture et à l’alimentation.

Miimosa, premier site de financement participatif exclusivement dédié à l’agriculture et à l’alimentation.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous