Agriculteurs bio Plus jeunes et mieux formés, ils optent pour les circuits courts

| par | Terre-net Média

Majoritairement de taille moyenne, trois exploitations bio sur dix pratiquent une activité de diversification en 2009-2010.

  • -a
  • A+
Une étude du ministère de l’Agriculture publiée (1) par son service de la statistique et la prospective révèle que les agriculteurs et éleveurs bio sont globalement plus formés. Ils sont aussi plus jeunes. Comme ceux de plus de 60 ans sont moins nombreux en bio (4 %) qu’en conventionnel (19 %), les exploitants bio sont plus représentés pour toutes les tranches d’âge avant 55 ans.

Un exploitant converti sur deux de moins de 40 ans a un diplôme de l'enseignement supérieur général ou agricole, alors qu’ils sont moins d'un sur trois en conventionnel. Leur passage en formation initiale par l'enseignement agricole n'est cependant pas très différent (27 % pour les bio et 29 % pour les autres).

Toujours chez les exploitants de moins de 40 ans, la part des femmes est similaire en bio (23 %) et en conventionnel (20 %). Les moins de 40 ans sont également plus nombreuses avec un diplôme supérieur au bac (57 % contre 39 %).

La superficie moyenne des exploitations bio est de 53 ha, très proche de celle des exploitations conventionnelles (54 ha). Mais les exploitations bio sont majoritairement de taille moyenne (43 %) et ceci pour toutes les orientations technico-économiques principales (Otex). Toutefois, la Sau moyenne (respectivement 97 ha et 66 ha) des éleveurs bio, souvent en prairies bio, est supérieure de plus de 34 ha à celle des éleveurs conventionnels.

Enfin, trois exploitations bio sur dix pratiquent une activité de diversification en 2009-2010, au lieu d’une sur dix en conventionnel.

N.B : D'après Agreste (1) Années prises en références : 2009/2010

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

DÉJÀ 1 RÉACTION


Agriculture Nouvelle
Il y a 913 jours
Merci pour ce résumé de la somme d'info contenu dans ce recensement. Sur le schéma il est dit que le volume de travail est plus important en bio. Mais est ce que ce n'est pas lié au fait qu'il y ait besoin plus de main d'oeuvre en viticulture et maraichage et que ce soit ces catégories qui soient plus nombreuses en bio ?
Répondre