Elections européennes 2014 « Il n’y a pas de place pour les égo » au Parlement

Terre-net Média

Le 25 mai prochain, vous allez élire 74 députés européens pour cinq ans. Peu connus en France par le grand public, la plupart d’entre eux sont engagés à 200 % dans leur mission.

Commission européenne à Bruxelles.Commission européenne à Bruxelles. En 2014, son président sera élu pour le première fois par les députés européens sur proposition du Conseil européen. (©Terre-net Média)Ils doivent leur notoriété au Parlement européen à leur engagement et à leur travail durant les mandats qu’ils ont exercés et non pas aux fonctions qu’ils occupaient dans leur pays. Durant cette dernière mandature, plus de cent anciens ministres des vingt-huit Etats sont aujourd’hui de simples députés arrivés inconnus à Bruxelles. « Il n’y a donc pas de place pour les ego », assure l’un d’eux.

En France, les fonctions de député européen sont trop souvent considérées comme « des voies de garage ». Les responsables politiques nationaux ne comprennent pas que les postes occupés revêtent de plus en plus une dimension stratégique.

Les Allemands, eux, l’ont en revanche bien compris. C’est pourquoi ils occupent de nombreux postes à responsabilité pour imposer « la marque allemande ».

Pour toutes ces raisons, les listes des candidats aux élections européennes ont en France à leur tête, des leaders nationaux avec comme colistiers en position éligible, des députés expérimentés. Ils se représentent car ils sont devenus indispensables pour défendre des dossiers stratégiques (agriculture, défense etc).

Trois mandats nécessaires

Selon certains députés, trois mandats successifs sont nécessaires pour bien cerner l’ampleur des missions à remplir. Le premier pour comprendre, le second pour apprendre et le troisième pour exercer des responsabilités.

Après le 25 mai, la prochaine mandature sera probablement axée sur la croissance, l’emploi et la politique sociale. Après cinq ans de crise, de nombreuses économies sont exsangues.

Pour de nombreux députés, la prochaine mandature sera consacrée à la croissance, à l’emploi et au social. Même s'ils sont divisés sur les moyens pour y parvenir, il est temps, selon eux, d’harmoniser les règles fiscales et sociales en vigueur entre les pays pour réduire les distorsions.

Mais comme aucun groupe de députés n’a jamais eu la majorité absolue depuis 1979, le Parlement européen sera sur ces sujets, comme il l’a été sur tant d’autres, le temple du compromis. Pour chaque texte à approuver, il sera nécessaire de trouver des majorités et des coalitions autour du Parti populaire européen (Ppe) ou du Parti socialiste européen (Pse). A moins que l’émergence de groupes de députés d’extrême gauche et d’extrême droite ne conduise à travailler ensemble durant toute la mandature pour faire front !


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous