Qualité de l’eau L'Apca et les entreprises de l'eau renouvellent leur collaboration

Terre-net Média

L’Apca et les entreprises de gestion de l’eau renouvellent leur partenariat pour mettre en place des plans d’actions afin d’améliorer la qualité de l’eau autour des 1.000 points de captage d’eau classés prioritaires par le Grenelle de l’environnement et la conférence environnementale de fin 2013.

Cours d'eau Seulement 10 % des ressources en eau nécessitent un traitement contre les nitrates et 20 % de l'eau a besoin d'un traitement contre les pesticides. (©Terre-net Média)Cinq ans après le début de leur collaboration, les Chambres d’agriculture et la Fp2e (Fédération professionnelle des entreprises de l’eau) ont signé un nouvel accord de coopération visant à améliorer la qualité de l’eau autour des points de captage d’eau potable.

En 2007, le Grenelle de l’environnement avait classé prioritaires pas moins de 500 points de captage d’eau potable en raison d’une qualité de l’eau jugée insuffisante. Sur ces 500 points, 250 font actuellement l’objet de plans d’actions auxquels les agriculteurs concernés participent et qui sont initiés par les Chambres d’agriculture, en lien avec les entreprises de l’eau. « Notre partenariat vise à regrouper nos expertises respectives pour améliorer la qualité de l’eau », explique Guy Vasseur, président de l’Apca. « Si nous renouvelons ce partenariat, c'est parce que ça marche », poursuit Philippe Maillard, le président de la Fp2e.

Grâce aux efforts entrepris par le monde agricole notamment, en matière de pratiques de fertilisation et de traitements phytosanitaires, « seulement 10 % des ressources en eau nécessitent un traitement contre les nitrates et 20 % de l'eau a besoin d'un traitement contre les pesticides » explique Philippe Maillard.

1.000 captages prioritaires

Le partenariat entre Chambres d’agriculture et entreprises de l’eau s’articule en quatre engagements : « il s’agit de développer les partenariats locaux, proposer des outils performants et adaptés aux territoires, informer et sensibiliser tous les acteurs concernés, et notamment les agriculteurs, mais aussi former ces acteurs ».

Le renouvellement du partenariat devra aussi permettre de répondre aux nouveaux enjeux de la Conférence environnementale de fin 2013. Cette dernière a doublé le nombre de points de captage d’eau jugés prioritaires. Des plans d’actions devront être mis en place, non pas autour de 500, mais de 1.000 captages d’eau potable.  

« La prise en compte plus forte de l'agronomie chez les agriculteurs doit nous permettre d'avancer plus vite » a insisté Guy Vasseur. L’objectif final reste de diminuer le volume d’eau nécessitant un traitement curatif par les entreprises de l’eau pour la rendre conforme aux exigences sanitaires européennes.

Mais l’amélioration de la qualité de l’eau reste « un travail de longue haleine » que les associations environnementales doivent juger sur le long terme. « La simazine a été interdite en 2003 en France » explique Didier Marteau, en charge du dossier de la gestion de l’eau à l’Apca. « Pourtant, grâce aux progrès exponentiels en matière d’analyse de l’eau, nous en retrouvons toujours des traces dix ans après. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous