Retraites agricoles La Snae aux aguets sur les promesses d’Hollande

| par | Terre-net Média

Reçue à l’Elysée pour entériner "l’affaire des miettes" des retraités agricoles de l’Aisne, la Section nationale des anciens exploitants de la Fnsea n’exclut pas d’opérer des actions syndicales au printemps prochain si François Hollande ne donne pas un coup de pouce aux retraites agricoles, comme il s’y était engagé.

  • -a
  • A+
Snae
Jean-Paul Bizien, au centre, président de la Snae, a rencontré, avec une délégation de retraités agricoles
de la Fnsea, Alain Zabulon, directeur adjoint de cabinet de François Hollande. 
(© Terre-net Média)
Courant novembre, les anciens exploitants de l’Aisne avaient adressé au Président de la République des centaines de lettres contenant des miettes de pain, symbolisant les miettes que représente le niveau des retraites agricoles : 715 euros par mois en moyenne pour un chef d'exploitation justifiant d'une carrière complète et 545 euros pour le conjoint, ce qui fait une moyenne de 650 euros.

Mais l’opération « ne laissez pas que des miettes aux anciens exploitants » n’avait pas été du goût des services de sécurité de l’Elysée, qui avait conseillé au Président de porter plainte.

Si l’affaire des miettes a été définitivement entérinée, « l’action syndicale nous a permis d’être reçus » explique Jean-Paul Bizien, président de la Snae.

Pas de revalorisation des retraites agricoles à l'horizon

Reste que, sur le fond des revendications des anciens agriculteurs, rien ne bouge, et la promesse du candidat François Hollande d’un plan quinquennal d’au moins 650 M€ pour revaloriser les retraites agricoles s’éloigne. Chez les représentants de la Snae, le ton se veut moins optimiste qu’à l’issue de leur rencontre avec Marisol Touraine, fin octobre dernier.

Si le passage du montant des retraites de 75 à 85 % du Smic, comme le réclame la Snae en application de la loi sur la Retraite complémentaire obligatoire (Rco), n’est toujours pas d’actualité, l’attribution de points Rco aux conjoints et aux aides familiaux ne l’est pas plus. C’est pourtant sur cette mesure, chiffrée à 375 M€, que la Snae attendait le Gouvernement au tournant.

Les anciens exploitants n’ont pour l’heure obtenu qu’une seule de leur revendication : le projet de financement de la sécurité sociale pour 2013 prévoit en effet l'octroi de 21 à 23 points supplémentaires de retraite proportionnelle pour les exploitants victimes d'une longue maladie ou d'invalidité. La mesure coûtera 1,6 M€ par an, selon Jean-Paul Bizien.

Des retraités solidaires, mais prêts à l'action

En revanche, les retraités de la Fnsea ont accepté, par principe, de participer à l’effort de solidarité nationale pour limiter le déficit de la branche vieillesse de la sécurité sociale. Ainsi, « la Csg des retraités agricoles passera de 6,6 à 7,5 %, et une retenue de 0,3 % sera appliquée à partir d’avril 2013 », explique le syndicaliste.

Pour le reste, « Il faut attendre le grand débat sur les retraites, promis au premier semestre 2013, indique Jean-Paul Bizien. Mais nous verrons bien où en sont les discussions lors de notre congrès, qui se tiendra les 6 et 7 mars prochain. » S’ils n’obtiennent pas de geste supplémentaire en faveur des retraites agricoles, les anciens exploitants n’excluent pas de mener des actions syndicales.

A lire également :

Election présidentielle 2012 - Devant les QG de campagne des candidats, les anciens agriculteurs réclament de meilleures retraites


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Publicité

A lire également

Soyez le premier à commenter cet article