Installation-transmission Les Chambres d'agriculture et les Safer unissent leurs forces

Terre-net Média

L'APCA et la FNSafer signent une convention-cadre dans le but de mieux accompagner, ensemble, les projets d'installation ou de transmission.

Guy Vasseur, président de l'Apca et Emmanuel Hyest, président de la FNSaferGuy Vasseur, président de l'APCA et Emmanuel Hyest, président de la FNSafer. (©Terre-net Média)

Davantage travailler en équipe, simplifier les procédures, éviter les discours différents, mieux anticiper la transmission des exploitations, mutualiser les compétences : l'APCA ne manque pas d'arguments pour justifier la signature avec la FNSafer, dimanche 28 février 2016 au Salon de l'agriculture, d'une convention-cadre pour mieux coordonner l'accompagnement des jeunes candidats à l'installation ou les cédants.

« Nos compétences en termes d'accompagnement sont complémentaires. Nous devons avoir une relation plus étroite pour optimiser le conseil auprès de ceux qui veulent s'installer ou transmettre leur exploitation », a expliqué Guy Vasseur, président de l'APCA.

D'ici six mois, cet engagement national se traduira par des conventions au niveau départemental. Sur le terrain, l'objectif est de mieux coordonner le travail des conseillers des deux structures auprès du porteur de projet pour que ce dernier « n'ait pas à devoir frapper à deux portes différentes ».

Contributions mutuelles dans les points accueil et dans l'observatoire de l'installation

La contribution des Safer à l'observatoire de l'installation, confié aux Chambres d'agriculture par la loi d'avenir, via l'apport d'éléments d'analyse du marché foncier, est une piste de travail. Les Safer pourront aussi être mobilisées au sein des points accueil installation et transmission gérées par les Chambres. Les deux structures souhaitent aussi alimenter un répertoire commun de porteurs de projet et partager leurs démarches de repérage et d'accompagnement des cédants.

Sur l'accompagnement des candidats à l'installation, il ne doit pas y avoir de concurrence entre organisations.

« Le contexte agricole difficile légitime notre démarche, assure pour sa part Emmanuel Hyest, président de la FNSafer. La démographie agricole est préoccupante. Mais nous devons considérer que la phase de restructuration est désormais faite. Nous devons assurer un remplacement efficace de ceux qui cèdent leur exploitation pour stabiliser la population agricole. »

Pour les deux représentants nationaux des Chambres d'agriculture et des Safer, il s'agit aussi de dépasser les clivages locaux existants. « Dans certains départements, il y a des incompréhensions entre la Chambre et la Safer. Pour les faire disparaître, il faut travailler davantage ensemble. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous