Agriculture Marine Le Pen appelle au « protectionnisme »

| Afp

BIFFONTAINE (France / Vosges), 03 juil 2013 (AFP) - La présidente du Front national, Marine Le Pen, a dénoncé mercredi l'accord de libre-échange transatlantique et la réforme de la politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne, en appelant à « instaurer le protectionnisme national » de l'agriculture.

  • -a
  • A+

« Une politique agricole de subventions peut-elle encore porter le nom de politique agricole ? Il faut renationaliser cette PAC, il faut à nouveau instaurer le protectionnisme national », a exhorté Marine Le Pen, lors de la visite de l'exploitation d'un éleveur de Biffontaine (Vosges). Elle avait recueilli près de 35 % des voix dans ce village à la présidentielle de 2012.

La « nouvelle PAC » a été actée par les institutions européennes fin juin. Une de ses mesures phares est le « verdissement » des subventions, qui prévoit de lier l'allocation de 30 % d'entre elles au respect de mesures écologiques telles que la diversification des cultures. La FNSEA a salué « un signal politique favorable », alors que des syndicats concurrents ont critiqué une « renationalisation » de la politique agricole. « Les syndicats sont complices des gouvernements. Ils sont là pour canaliser la colère des agriculteurs, mais les agriculteurs sont en train de se rendre compte qu'aucune structure n'est capable de les défendre », a estimé Marine Le Pen, appelant à « l'indépendance de l'agriculture ».

La dirigeante d'extrême droite a par ailleurs fustigé le futur accord de libre échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Les négociations à son propos doivent s'ouvrir lundi. « Avec cet accord, 50 % des exploitations françaises vont disparaître dans deux ans », a-t-elle pronostiqué, accusant François Hollande de s'être « rendu coupable d'une capitulation ». « Il demande une suspension de quinze jours ? Mais de qui se moque-t-on ? Evidemment les négociations sur l'accord s'ouvriront le 8 juillet », a-t-elle dit. Dénonçant « un accord qui est une grave menace pour notre économie, et un arrêt de mort pour notre agriculture », elle a réclamé « un veto français » à ce sujet.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Balel
Il y a 467 jours
Loin de moi quelques sentiments de haine. vous apportez tout juste de l'eau à mon moulin : aux vues de ces concurrences déloyales que je reconnais volontiers, je dis juste que la France n'a aucun intérêt à lutter contre ces pays qui les appliquent. La bataille serait perdue d'avance. Quant au budget, je me place évidemment sur le plan agricole, objet de l'article commenté et de cet échange que je souhaite constructif ...
Répondre
franck
Il y a 468 jours
La France verse plus quelle ne reçoit, il faut avoir lensemble de notre budget europeen (on donne 7 milliards en plus). Vous ne parlez meme pas de la concurrence deloyale exercée par l'Allemagne (pas de smic agricole) et par l'Espagne. Vous ne parlez pas non plus de la concurrence deloyale avec le Maroc et des dysfonctionnements de la PAC. Bref, un message de personne haineuse.
Répondre
balel
Il y a 475 jours
Marine a raison. Il faut nationaliser la PAC. Ca donnera une enveloppe moins importante à se distribuer, puisque la France reçoit plus qu'elle ne verse dans le pot commun. En plus, la France sera en concurrence direct avec l'Allemagne pour le lait, l'Espagne pour les fruits et légumes, la Hollande pour le porc et les tulipes, l'Italie pour la viande... que des petits producteurs quoi ! Y'en a marre de les traîner depuis toujours ceux-là !
Bref, l'agriculture vue de Saint Cloud, ça vaut pas un clou, comme le reste d'ailleurs.
La vague bleue marine est en marche, les français ne valent-ils pas plus ???
Répondre