Présidentielle Le credo « anti-finances » de Jacques Cheminade pour les agriculteurs

Terre-net Média

Dans son programme présidentiel, Jacques Cheminade veut « refaire de l’agriculture un grand métier d’avenir ». Le fondateur du parti Solidarités et progrès veut protéger les agriculteurs de « manipulations financières ».

Jacques Cheminade, lors de la présentation de son programme agricole devant les agriculteurs de la FNSEA et les représentants d'organisations agricoles, le 30 mars à Brest. Jacques Cheminade, lors de la présentation de son programme agricole devant les agriculteurs de la FNSEA et les représentants d'organisations agricoles, le 30 mars à Brest. (©Terre-net Média)

Dans son programme présidentiel, Jacques Cheminade veut « refaire de l’agriculture un grand métier d’avenir » en « unissant producteurs et consommateurs contre les manipulations financières ». Le candidat de Solidarités et progrès considère que les agriculteurs sont victimes de « verrous financiers » qui les empêchent de vivre correctement de leur métier. C’est ce qu’il a expliqué notamment lors d’une visite de l’exploitation d’un agriculteur de la Coordination rurale le 31 mars dernier (le syndicat a invité tous les candidats à venir sur des exploitations de ses adhérents pour « se rendre compte de la réalité agricole »).

Sur la scène européenne et internationale, Jacques Cheminade veut :

  • mettre fin aux négociations sur les traités de libre-échange (Ceta, Tafta) ;
  • coordonner avec les pays des « BRICS » (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) la mise en œuvre d’un nouvel ordre économique mondial gagnant-gagnant ;
  • Sortir de l’Union européenne et entamer des discussions avec les Etats européens pour substituer au système monétariste actuel une vraie Europe des peuples et des patries
  • Engager en conséquence le retrait de l’euro, monnaie unique devenue le relais de la mondialisation financière – et à ce titre inacceptable – et examiner la possibilité d’une monnaie commune de référence entre pays européens

Sur le plan national, Jacques Cheminade promet :

  • arrêter d’accumuler les normes et réglementations « écologiques » ou « climatiques » formatées pour l’agrobusiness, qui livrent nos producteurs à la concurrence de pays plus laxistes et leur imposent plusieurs heures de paperasserie par semaine
  • organiser un moratoire et une restructuration de la dette des agriculteurs que les banques ont « poussés au crime », suivant la région, le secteur de production et le parcours individuel. Rétablir en même temps des prix planchers garantis, correspondant à ce qui est nécessaire à une exploitation pour vivre, rembourser ses emprunts et investir. Les producteurs porcins, bovins et de volailles ne doivent plus dépendre d’aides pour survivre, versées, de surcroît, avec des retards scandaleux ;
  • combattre l’oligopole des quatre grandes centrales d’achat et interdire aux banques de proposer à leurs clients des placements spéculant sur le prix des matières premières agricoles;
  • réserver une partie de la commande publique aux producteurs locaux en vertu du principe de « produire mieux »;
  • multiplier les circuits courts afin de couper les ailes aux vautours financiers, pour qui la terre n’est pas un milieu vivant mais un support à leurs spéculations débridées;

Retrouvez l'intervention de Jacques Cheminade à Brest le 30 mars dernier devant les agriculteurs:


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous