Luc Vandeputte, coopérative Agora - « Ne surtout pas oublier la teneur en protéines »

Luc Vandeputte, responsable du service technique de la coopérative Agora*, reconnaît que s’intéresser au profil environnemental des variétés, avec des blés que certains qualifient d’« Ecophyto », fait partie de ses priorités. Mais pour lui, il ne faut surtout pas perdre de vue la qualité de la récolte et en particulier son taux de protéines. Il nous en dit un peu plus sur la façon dont il choisit ses variétés.


Luc Vandeputte : « Nous regardons de près les résultats
des essais variétés traitées et non traitées
. » (© DR)

Terre-net Média : Est-ce que la tolérance aux maladies et plus généralement l’adaptation aux réductions d’intrants sont devenues un critère de choix essentiel des variétés ?
Luc Vandeputte : Nous sommes très intéressés par les itinéraires qui permettent de réduire les intrants, c’est un sujet sur lequel nous travaillons depuis longtemps. Nous avons d’ailleurs dans notre zone d’activités, de nombreux bassins de captage de l’eau où les agriculteurs ont déjà des objectifs de réduction des Ift. Mais nous ne devons surtout pas perdre de vue que le premier facteur de valorisation de notre collecte est la qualité et en particulier la teneur en protéines. Beaucoup aujourd’hui ont tendance à l’oublier. Le premier critère de choix de nos variétés sera donc la qualité, et nous le rappelons de manière très forte, depuis deux ans, à nos adhérents.

TNM : Par conséquent, quels types de variétés conseillez-vous aux agriculteurs de votre région ?
LV : Nous orientons surtout notre choix sur deux aspects, la qualité et la tolérance aux maladies. Nous regardons de près les résultats des essais variétés traitées et non traitées, ce qui nous permet de repérer leur comportement face aux maladies. Nous scindons ensuite notre choix en plusieurs groupes, parmi lesquels un groupe de variétés de bonne qualité et ayant un bon comportement dans les itinéraires à bas niveaux d’intrants.

TNM : Concrètement quelles variétés avez-vous identifiées qui correspondent à ces deux objectifs ?
LV : Parmi les variétés qui répondent à ces deux objectifs, je citerais Boregar, même si elle est un peu sensible à la fusariose, par contre elle se comporte globalement très bien vis-à-vis des maladies du feuillage. Nous retenons aussi des variétés comme Arezzo, Aligator, Graindor, Koreli… Ce sont toutes des Bps, blés panifiables supérieurs, qui permettent d’obtenir dans nos conditions pédoclimatiques, de bons taux de protéines. Cela étant dit, nous pouvons aussi conseiller aux agriculteurs qui sont à la recherche d’une variété vraiment résistante aux maladies, Barok. Elle a le défaut de ne pas être classée panifiable mais Bau (blé à autre usage), mais en visant un taux de protéines de 11 %, nous avons un débouché pour ce type de variété, celui de l’éthanol. Aujourd’hui, 18 % de notre collecte sont destinés à être transformé en éthanol.


(Cliquez sur l'image pour accéder au dossier) (© )

 

* Implantée à Compiègne (Oise), Agora est issue de la fusion des trois coopératives Océal, Capafrance et Force 5.

Propos recueillis par Camille Gauthier - Terre-net Média

Irène Félix, Arvalis-Institut du végétal - « Certaines variétés sont mieux adaptées que d’autres aux conduites à coûts réduits »
Bertrand Omon, conseiller à la chambre d’agriculture de l’Eure - « Ce que nous recherchons, c’est la Vtt du blé »