Tribune de BASF sur la mutagénèse Défendre les VTH, c’est défendre l’innovation !

Tribune de BASF Terre-net Média

Cette tribune est une prise de position de BASF sur la mutagénèse. « Pressions politiques, recours devant le Conseil d’État : certaines organisations tentent de faire passer les variétés tolérantes aux herbicides (VTH) pour des "OGM cachés". Si elles obtenaient gain de cause, les conséquences seraient désastreuses pour la recherche et l’innovation. »

VTHVTH 
« Les variétés tolérantes aux herbicides (VTH) sont-elles des OGM ? C’est à cette question, et à quelques autres qui en découlent, que la Cour de justice européenne doit répondre dans les mois qui viennent. Elle est interrogée par le Conseil d’Etat, lui-même saisi par neuf associations et syndicats (Confédération paysanne, Amis de la terre, Réseau semences paysannes…) qui considèrent que les VTH, utilisées aujourd’hui principalement sur tournesol, colza et demain sur betteraves, sont des "OGM cachés" et doivent en conséquence être soumis aux règles définies par la directive européenne du 12 mars 2001. Refusant d’appliquer le principe de précaution, le Conseil d’État a voulu s’assurer de l’interprétation de ces textes par la Cour de justice européenne.

Derrière cette bataille juridique, c’est en réalité tout un pan de l’innovation agricole qui se joue. Rappelons que les VTH sont obtenues par mutagénèse, une technique d’amélioration génétique mise au point par la recherche publique il y a plus de cinquante ans. Elle est utilisée aujourd’hui aussi bien par l’agriculture biologique que par l’agriculture conventionnelle. De nombreuses variétés en sont issues, tant en grandes cultures qu’en maraîchage ou en arboriculture. Considérer que les VTH doivent être encadrées comme des OGM, comme le demandent certaines organisations, constituerait non seulement un contresens scientifique mais aboutirait à une régression majeure. D’abord pour les agriculteurs qui cultivent du tournesol et du colza et profitent des avantages (économiques, environnementaux, sanitaires) procurés par les VTH ; ensuite pour tous ceux qui considèrent que l’avenir de l’agriculture passe par la recherche et l’innovation. Le signal envoyé serait désastreux.

En effet, les techniques modernes de sélection végétale représentent une piste indispensable à explorer, non seulement pour développer la compétitivité de l’agriculture française, mais aussi pour toutes les populations qui n’ont pas encore accès à une alimentation suffisante et de qualité. C’est bien ce dernier point qui a décidé 100 lauréats du prix Nobel à publier, en juin dernier, une déclaration pour défendre la recherche dans ce domaine et mettre en garde les gouvernements et les instances supranationales chargées de l’agriculture contre une application erronée du principe de précaution.

Face aux attaques répétées contre une agriculture moderne et responsable, BASF n’entend pas baisser les bras. Avec d’autres acteurs du monde agricole, nous souhaitons plus que jamais soutenir une profession durement éprouvée par le contexte économique et les aléas climatiques, et reconquérir la confiance des consommateurs, ébranlée par l’insupportable matraquage sur les dangers supposés de l’« agrobusiness ». Ce soutien passe notamment par la participation à des événements comme le forum Open Agrifood, sur le thème Alimentation et innovation responsables. Il a réuni pendant deux jours l'ensemble des acteurs économiques « du champ à l'assiette » autour des enjeux de l'agriculture, de l'industrie agroalimentaire et de la distribution alimentaire de demain. Un lieu de rencontres et d’échanges désormais incontournable pour faire naître des projets innovants. »

Tribune de BASF


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires