Station météo connectée N. De Cauwer (80) utilise sa station Météus pour optimiser sa pulvérisation

Terre-net Média

Météus, la station météo connectée développée par Isagri et Terre-net utilise l’internet des objets pour informer l’agriculteur en temps réel du climat dans ses cultures. Céréalier dans la Somme, Nicolas De Cauwer s’en sert notamment pour traiter ses champs au moment où la pulvérisation sera la plus efficace.

Cliquez pour voir l’interview sur Météus avec Cécilia Goret, responsable marketing chez Isagri et Nicolas De Cauwer, cultivateur dans la Somme (80).

D ès potron-minet, Nicolas De Cauwer consulte l'application Météus sur son smartphone avant de sortir le pulvérisateur. Soucieux de traiter au meilleur moment de la matinée, cet agriculteur de précision s’est équipé il y a un an d’une station météo connectée pour connaître instantanément la température, la pluviométrie, l’hygrométrie et la vitesse du vent sur sa parcelle. « Mon objectif est que mes traitements phytosanitaires soient les plus efficaces possible. Je n’habite pas sur la ferme, donc avant je me levais à 4 heure du matin et j’allais sur place voir si la météo était adéquate pour traiter. Maintenant si les conditions optimales ne sont pas là, je peux rester couché ! C’est un confort de vie. Je me suis fixé des alertes sur l’application Météus : j’arrête de traiter lorsque l’hygrométrie descend à moins 75 %, la température est inférieure à 0°C et si le vent se lève et dépasse les 10 km/h. »

Nicolas De Cauwer apprécie notamment l’indicateur du point de rosée pour maximiser l’efficacité de la pulvérisation. D’autres indicateurs calculés par l’application Météus peuvent s’avérer utiles tels que l’évapotranspiration (ETP) ou les sommes de températures. L’agriculteur picard utilise également la communauté Météus pour consulter les données des autres stations météo et il jette régulièrement un œil aux cartes radar pour voir d’où arrivent les nuages.

Modèles maladies

Les données récoltées par les différents capteurs de la station sont envoyées sur internet par le réseau Sigfox. « Grâce à ces données, nous pouvons utiliser les modèles maladies élaborés par Arvalis, explique Cécilia Goret, responsable marketing chez Isagri. Nous les avons notamment développés en blé avec les modèles septoriose, piétin, fusariose et rouilles, ainsi que sur le mildiou de la vigne ou la tavelure sur le pommier. En couplant les données parcellaires, avec son type de sol, sa date de semis et sa variété, Météus donne des alertes très précises du risque septoriose par exemple. Le modèle permet de connaître les dates de traitement les plus adaptées, au moment où le risque est le plus élevé. »

La station météo connectée Météus d'Isagri et Terre-net utilise le réseau d'ondes bas débit Sigfox. Elle est autonome sur piles.La station météo connectée Météus d'Isagri et Terre-net utilise le réseau d'ondes bas débit Sigfox. Elle est autonome sur piles. (©Terre-net Média)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également