Accueil > Actualité Marché Agricole > Les prix des céréales payés en octobre

Campagne céréalière 2013/2014 Les prix des céréales payés en octobre

| par | Terre-net Média

En moyenne, sur l’ensemble des céréales enquêtées, le repli est, respectivement pour les achats fermes et d’acompte, de – 27 % et - 23 % par rapport à la campagne 2012/13 et de – 35 % et – 17 % par rapport à la campagne 2007/08.

  • -a
  • A+

Orges d'hiver Les prix des orges, tant en achat ferme qu’en acompte, sont globalement orientés à la hausse. (©Terre-net Média)En modalité d’acompte, FranceAgriMer relève dans son dernier bulletin de conjoncture que les prix de toutes les espèces de céréales sont réévalués en octobre à la hausse, à l’exception du maïs qui subit un important ajustement, supérieur à 50 euros, avec les transactions sur la nouvelle campagne. Les gains dépassent 10 euros pour le blé tendre, les orges brassicoles de printemps et surtout le blé dur (+ 19 euros).

Le mois dernier, les achats de céréales en modalité ferme ont marqué un retournement à la hausse des prix du blé tendre (+ 11 euros), du triticale (+ 10 euros), des orges brassicoles d’hiver et des orges fourragères (+ 7 euros). En revanche, le prix ferme du blé dur enregistre pour le second mois consécutif la plus forte baisse (- 13 euros).

Voici par céréale, les tendances de marché relevées par FranceAgriMer

Blé tendre

Presque stables le mois dernier après les corrections baissières de début de campagne, les prix d’apport du blé meunier profitent d’un retournement à la hausse en octobre. L’augmentation est identique sur les prix pratiqués en modalité ferme et en acompte : + 11 euros. La répartition des achats se modifie au profit des transactions fermes. En effet, celles-ci ont représenté 85 % des volumes échangés en octobre, contre un peu moins de deux tiers en septembre. Le blé tendre est ainsi l’espèce pour laquelle le recours aux achats fermes est le plus fort. Les 15 % d’achats concernés par l’acompte, se sont faits à un prix moyen de 153 €/t.

Sur les prix fermes, la moyenne nationale se porte à 177 €/t, avec également peu d’écart interrégionaux. En effet, 8 euros séparent les prix les plus attractifs pratiqués dans le regroupement du Nord Maritime (181 €/t) de ceux du Nord-Est, les moins favorables.

Blé dur

Pour le second mois consécutif, le prix ferme du blé dur enregistre la plus forte baisse : - 13 euros. Une tonne de blé dur s’échange ainsi à 208 euros. La répartition des achats de blé dur s’est inversée en octobre : alors que l’acompte était encore majoritaire en septembre, il ne concerne plus que 26 % des échanges en octobre. Le prix d’acompte moyen national enregistre la plus forte réévaluation : + 19 euros, à 172 €/t.

A ces niveaux de prix, la décote par rapport à 2007/08 dépasse 200 euros en ferme et 100 euros en acompte.

Orges

Les prix des orges, tant en achat ferme qu’en acompte, sont globalement orientés à la hausse, seul le prix ferme des orges brassicoles de printemps se maintenant inchangé sur le mois.

Une tonne d’orges de mouture s’échange à 141 euros en acompte et à 160 euros en achat ferme, soit une augmentation de 7 euros pour les deux sur le mois. Deux tiers des achats d’orges fourragères sont effec­tués en modalité ferme.

En brasserie de printemps, l’acompte est réévalué de 15 euros mais le prix ferme est stable sur le mois. A l’inverse, en variété d’hiver, le prix ferme gagne 7 euros sur le mois, alors que les gains sont marginaux en acompte.

Maïs

La situation pour le maïs évolue fortement et se distingue des autres espèces, avec l’arrivée de la nouvelle récolte. L’acompte devient majo­ritaire : il représente 56 % des volumes échangés, contre seulement un quart le mois dernier. Le maïs est la seule espèce pour laquelle les achats sont réalisés prioritairement en acompte.

Ce dernier subit une forte baisse : il perd 54 euros sur le mois, à 131 €/t. Le prix d’apport du maïs en acompte enregistre ainsi une décote de plus de 50 euros par rapport à la situation relevée il y a un an et de plus de 20 euros par rapport au prix pratiqué il y a deux ans.

Le prix ferme se maintient presque inchangé à 153 €/t, la décote par rapport au blé tendre se renforçant (de – 12 euros en septembre à – 24 euros en octobre). 

Avoine et triticale

Le prix ferme de l’avoine perd encore quelques euros et se porte à 125 €/t en octobre. Cette modalité a concerné 71 % des achats. Le prix d’acompte profite en revanche d’une réévaluation de 7 euros, à 127 €/t. L’avoine demeure l’espèce pour laquelle la décote est la plus importante par rapport au prix pratiqué la précédente campagne. Le repli se chiffre à – 95 euros en prix fermes et – 76 euros en prix d’acompte.

A l’inverse le triticale bénéficie d’augmentations, tant sur les prix fermes (+ 10 euros) que sur les prix d’acompte (+ 8 euros). Le prix ferme moyen à l’échelle nationale est de 156 €/t, soit un bonus de plus de 30 euros par rapport à l’avoine. Le prix d’acompte du triticale demeure en revanche équivalent à celui de l’avoine, à 126 €/t. La répartition des achats selon les modalités se maintient stable sur le mois, les achats fermes concernant 84 % des transactions.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

Soyez le premier à commenter cet article


Autres cotations :