Accueil > Actualité Marché Agricole > Les réponses d’Agritel à vos questions sur le marché des céréales

[Tchat] Commercialisation de la récolte 2012 Les réponses d’Agritel à vos questions sur le marché des céréales

| par | Terre-net Média

Pendant une heure, mardi 15 mai 2012 à 13h, Michel Portier, directeur d’Agritel, a répondu en direct sur Terre-net.fr à vos questions sur votre stratégie de commercialisation de votre récolte 2012.

  • -a
  • A+
Michel Portier, directeur d'Agritel
Michel Portier, directeur d'Agritel, a répondu aux questions des agriculteurs sur leur stratégie de
commercialisation de leurs céréales. (© Terre-net Média)

Voici les réponses de l’expert à vos questions concernant vos céréales.

Retrouvez toutes les analyses et tous les conseils pour bien vendre votre récolte 2012 dans le dossier spécial Commercialisation ou dans l'observatoire des marchés de Terre-net.fr

A voir aussi, en vidéo, l’analyse de Michel Portier sur l’état du marché des céréales vous permettant de vous positionner pour votre récolte 2012, ainsi que ses conseils pour tirer le meilleur profit de vos récoltes.

Les réponses concernant les marchés des céréales 

 céréalier : Quel est le pays a surveiller de près en céréales. Est-ce l'Ukraine comme l'an passé?

 Michel Portier : Cette année il faudra surveiller avant tout la Russie car l'Ukraine sera peu présente sur la scène internationale compte tenu des dégâts liés à la sècheresse cet automne.

 benoitc : Quel potentiel de baisse sur la matif en cas de récolte au dessus des attentes ?

 Michel Portier : A périmètre économique constant, le potentiel de baisse du blé est relativement limité. Nous l'afficherions entre 10 et 15 €/t. Au-delà, il faudrait une crise financière majeure de la zone Euro, ce qui pourrait provoquer un ralentissement économique mondial et amener le prix du blé sur les niveaux de 170€/t (base euronext, novembre 2012).

 earllaurent : à quoi faut-il s'attendre pour la prochaine récolte ? est ce que les rendements peuvent faire monter les prix ?

 Michel Portier : A ce jour, nous n'avons pas de craintes spécifiques sur la production récolte 2012 sur l'hémisphère Nord à l'exception de la zone Russie qui connait à l'heure actuelle un déficit hydrique. Ce dernier n'est pas encore préjudiciable mais reste sous surveillance.

 ben : Quelle stratégie adopter pour la vente des orges brassicoles cet année? les quantiés de produits ne vont pas être trop élevées?

 Michel Portier : En orge brassicole, l'offre va être extrêmement abondante compte tenu de la hausse des surfaces au printemps liée au resemis de blé d'hiver. L'espoir de voir les prix monter est très faible sauf envolée des cours du blé. Aujourd'hui, on pourrait concevoir une vente des orges brassicoles accompagnée de l'achat d'un call blé.

 Tibio : Quelle visibilité a-t-on sur les marchés bio actuellement? Y a-t-il des tendances fortes annuelles?

 Michel Portier : Le marché bio reste un marché porteur, cependant il demeure très étroit et le moindre déséquilibre entre l'offre et la demande peut bouleverser le marché.

 jean-marc : les blés ont souffert du gel dans certaines régions et des parcelles ont été retournées pour être implantées en maïs. idem pour le colza. est ce que ces surfaces supplémentaires en maïs (ou en orge de printemps d'ailleurs) vont jouer sur les cours ? et si oui, à quel moment ?

 Michel Portier : Les prix en récolte 2012 sont déjà largement en retrait par rapport à la récolte 2011 sur ces 2 produits. Dans ce contexte, nous ne nous attendons pas à une forte volatilité des prix sur ces 2 produits dans les semaines à venir.

 Pierre 18 : comme les cours sont plutot corrects depuis quelques temps et qu'ils semblent se maintenir, est ce qu'il faut plutot vendre sur le marché à terme ou vendre sur le marché physique pour le blé ?

 Michel Portier : Actuellement, il semble préférable de vendre sur le physique en blé et en colza car les bases (différence entre cours MATIF et cours physiques) sont très faibles.

 vincent : Bjr, j'ai 40ha de blé (1/4 de ma surface). Selon vous, combien dois-je sécuriser avant la récolte ? y aura-t-il des opportunités cet hiver? Merci

 Michel Portier : Nous conseillons de sécuriser environ 40% de sa production sur les niveaux de prix actuels (195€/t blé novembre).

 lafrancepasforte : Depuis longtemps, la météo ou les potentiels de production des grands pays producteurs sont relégués au second plan, laissant la place à la parité euro dollar ou la situation économique européenne, concernant les indicateurs de marchés. le monde économique hors-agricole a-t-il définitivement pris le dessus des fondamentaux des marchés?

 Michel Portier : Les fondamentaux priment toujours sur le marché. Cependant, en l'absence de nouveaux éléments significatifs le poids de l'environnement financier devient de plus en plus important. D'autres parts, le poids relatif de l'Europe dans le commerce mondial agricole se réduisant, ce sont les facteurs macro-économiques de l'Asie qui deviennent prépondérants. Il faudra donc probablement s'habituer à voir les cours évoluer de façon inattendue et parfois en opposition avec les fondamentaux purement européens.

 pacman La négociation de la prochaine Pac peut-elle influencer le cours des marchés en Europe et en France?

 Michel Portier : Oui, probablement mais pas de manière brutale. Les changements devraient être progressifs au moins jusque 2020.

 plantagri : Il est très difficile de se faire une idée concernant le marché du blé dur. Je cultive 140ha dont environ 45ha en blé dur soit environ 250T. Il me reste encore 60T de la récolte précédente + 250T à venir. Faut-il se positionner sur la nouvelle récolte en sachant que le prix proposé est le même en ancienne qu'en nouvelle récolte et qu'il est moins élevé que pour la campagne précédente (vente 50T en mai 2011 à 258€/T) ?

 Michel Portier : Les prix en blé dur restent encore relativement rémunérateurs et nous conseillons de solder la récolte 2011 et d'engager la récolte 2012 à hauteur de 20%. Les semis de blé au Canada se déroulent dans des conditions satisfaisantes, de plus nous craignons un ralentissement de la demande des pays du Maghreb. Dans ce contexte, il est peu probable de revoir à court terme des prix du début de la récolte 2011.

 australplus : bonjour j ai a l heure actuelle encore du blé dur en stock est il pertinant de le solder pour le 30 juin ou faut il le garder pour la prochaine campagne ? MERCI

 Michel Portier : Nous conseillons de solder la position 2011.

 ? : que faire pour le ble dur 2012 vu que l on entend partout qu il va en manquer?

 Michel Portier : Compte tenu des niveaux de prix actuels (260€/t) il peut sembler prudent de fixer déjà 20% de la récolte 2012. Le Canada devrait rester un compétiteur majeur et les semis se déroulent en de bonnes conditions.

 JR : Quelles sont les perspectives d'évolution des cours du blé dur d'ici à la fin de la campagne ? Doit t'on garder la récolte 2011 en stock ?

 Michel Portier : Il est dangereux de conserver du blé dur en fin de campagne compte tenu de l'étroitesse de ce marché. Cela devient très spéculatif et imprévisible. On peut se retrouver dans la situation de ne trouver aucun acheteur.

 

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr

Pour en savoir plus sur le dernier rapport Usda, avec le niveau des stocks mondiaux et les impacts sur les prix de vos cultures 

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

Soyez le premier à commenter cet article