Analyse et cotation du blé tendre

Tendance des prix

1 mois
Blé tendre

Blé tendre (prix en €/t)

standard Récolte: 2016

PlaceCotationVariations
Rouen Rendu 171€/t +2€/t
Dunkerque Rendu 172€/t +6€/t
La Pallice Rendu 172€/t 0€/t
Creil Fob 160€/t +2€/t
Moselle Fob 168€/t +2€/t
Rouen Fob 174€/t +2€/t

Analyse quotidienne du 18/01/2017

Contenu réservé aux abonnés PRO

Découvrez les contenus et les avantages réservés aux abonnés PRO.
Et profitez immédiatement de l'essentiel pour agir sur votre exploitation !

Tester gratuitement* Je m'abonne
*Sans engagement, vous bénéficierez d'une offre découverte d'une durée limitée pour les services Terre-net PRO
Blocage pro
Nous vous proposons toutefois l'analyse du 11/01/2017 :

Correction à la baisse

Les prix du blé européen ont terminé dans le rouge, tandis qu'aux États-Unis des signes d'améliorations climatiques sont attendues en fin de semaine.

Les cours du blé se sont dépréciés hier, de part et d’autre de l’Atlantique. Sur Euronext, le mouvement est davantage technique que fondamental : les prix ont effet consolidé après avoir touché, hier, un plus haut de 6 mois sur le rapproché. Aux États-Unis, le repli est à mettre au compte du raffermissement du dollar.

Par ailleurs, des précipitations sont prévues en fin de semaine aux États-Unis, ce qui devrait améliorer la couverture neigeuse sur les zones de production et donc protéger les cultures de prochaines vagues de froid.

Sur Euronext, les contrats à terme mars et mai 2017 ont perdu 1,25 €/T pour s’établir à respectivement 169,75 et 171,75 €/T. A Chicago, l’échéance mars 2017 a reculé de 0,75 c$/bu à 426,50 c$/bu.

Analyse hebdomadaire

Réduction de l'offre

Les disponibilités sur le marché mondial s'amenuisent.

Les conditions climatiques se sont améliorées aux États-Unis avec un radoucissement des températures et des précipitations qui sont venues soulager le déficit hydrique des cultures. En Europe, la vague de froid perdure, mais la couverture neigeuse apparaît suffisante dans la quasi-totalité des zones de production pour protéger les graines semées.

Le blé français profite quant à lui d’un regain d’activité à l’export, faute de concurrence. L’origine argentine, qui est venu concurrencer l’Hexagone sur les marchés nord-africains il y a quelques semaines, commence à s’amenuiser. Le pays doit en effet encore approvisionner les Brésil et doit donc rationner ses disponibilités. La Roumanie et la Bulgarie ont par ailleurs terminé leur programme d’export.

En Russie et en Ukraine, le gel contraint l’acheminement des marchandises vers les ports, et donc les capacités de chargement des deux pays.

Evolutions des cotations

Valeurs remarquables

Autres Cotations

Sur le même sujet