Accueil > Culture > Marche Physique Mais

Analyse et cotation du maïs

Maïs marche-mais

Tendance des prix

1 semaine 15 jours à 1 mois à 3 mois
Maïs

Maïs ( prix en €/T)


Epoque Bordeaux(FOB)Creil(FOB)La PalliceRendu BordeauxRhin
avril - Recolte 2013 184€/T178€/T179€/T179€/T184€/T

Analyse quotidienne du 11/04/2014 (source:Agritel)

Exclusivité abonné PRO
Pour accéder au contenu du jour :

Nous vous proposons toutefois l'analyse du 11/04/2014 :

Le marché du maïs européen tentait de consolider hier sur la place parisienne, malgré la baisse enregistrée sur le blé. En effet, en dépit de la déception des chiffres export US de maïs qui s'affichaient à 658 700 t sur l'ancienne campagne soit en dessous de la fourchette basse des opérateurs, le marché trouvait du soutien du côté du Weather Market et plus précisément avec l'arrivée de pluie sur la Corn Belt américaine, où les semis ont débuté il y a peu. Dans ce contexte, les travaux dans les champs pourraient être retardés. En parallèle à cela, la prime de risque quant à la situation ukrainienne reste de mise sur le marché du maïs. Le bureau d'Agritel Kiev revoyait d'ailleurs hier à la baisse de prés de 18 % ses estimations de production de maïs ukrainiens. La récolte pourrait ainsi atteindre tout juste 23.3 Mt, contre 30.9 Mt en 2013. Dans ce contexte, le potentiel de baisse apparaît limité.


Analyse hebdomadaire du 14/04/2014 (source:Agritel)

En milieu de semaine, les cours du maïs s'affichaient en forte hausse, soutenus par le rapport USDA qui a mis en avant une baisse des stocks au niveau mondial. Néanmoins, en fin de semaine, le maïs européen s'est corrigé à l'annonce des certificats d'importation octroyés par Bruxelles affichés sur le niveau important de 346 941 tonnes de maïs pour cette semaine. Pour les prochains jours, les cours du maïs pourraient être très influencés par la situation politique qui se dégrade de nouveau en Ukraine où des groupes pro-russes veulent prendre le contrôle de plusieurs régions de l'Est du pays. Une prime de risque pourrait donc voir le jour dans les prix du maïs ukrainien alors que la grivna, la monnaie locale, a désormais subi une dévaluation de près de 50 %. Cette crise ukrainienne touche aussi les semis de maïs pour la nouvelle campagne. En effet, les coûts de cette culture à l'hectare sont environ 50% plus élevés que les autres céréales. Ainsi les problèmes de financements que rencontrent les agriculteurs ukrainiens auraient pour conséquence une diminution des surfaces emblavées ce qui engendrerait une baisse de la production nationale ; d'autant que la situation de sécheresse actuelle ne joue pas en faveur des cultures du bassin de la mer Noire. Des conditions sèches sont aussi rencontrées en France permettant la progression des semis de maïs qui sont effectués à hauteur de 12 % des surfaces totales selon FranceAgriMer. Cependant, la poursuite de conditions trop sèches pourrait devenir préoccupante pour la germination et la levée des maïs semés.

Évolution des cotations



Cliquez sur un point du graphe pour avoir les alertes de la période