Édito Le Sima, ça sert à quoi ?

Terre-net Média

Après une année 2016 difficile pour bon nombre d’agriculteurs, quel est l’intérêt d’aller se promener à Paris pour voir des machines pour la plupart, inaccessibles ?

Photo du stand Claas lors de l'édition 2015 du Sima au parc des expositions de villepintePhoto du stand Claas lors de l'édition 2015 du Sima au parc des expositions de Villepinte. (©Claas)

En temps de crise, plus qu’habituellement, il faut savoir remettre en question ses pratiques. Cela peut parfois aider à franchir le cap, plus en tout cas que l’immobilisme. 2017 sera peut-être, pour beaucoup d’entre vous, l’année de la réflexion pour changer vos habitudes ou vos façons de faire. Mais encore faut-il trouver la bonne idée. Alors il ne faut pas hésiter à chercher l’inspiration chez des voisins, mais aussi partout en France, en Europe et dans le monde. Un salon comme le Sima doit faciliter la mise en place d’un nouveau modèle économique. Il diffuse à la fois des initiatives nouvelles à travers ses conférences et sur les stands des différentes marques, et expose une vitrine de solutions en génétique ou machinisme pour les mettre en place.

Les salons professionnels sont en général un lieu de rencontres pour les agriculteurs, et favorisent les échanges et le partage d’expériences. En cela, le Sima remplace peu à peu le Salon de l’agriculture où les exposants sont de plus en plus des multinationales de la restauration ou de la distribution, à la recherche d’un "agriwashing"(1) pour redorer leur image auprès du grand public, voire du secteur agricole.

Les salons offrent également des instants de convivialité entre producteurs mais aussi entre les fournisseurs et leurs clients. Et des moments de plaisir où le rêve prend le pas sur la réalité. Certains exposants l’ont bien compris et montrent des concepts afin de tester les réactions des visiteurs, avant de pousser plus loin leur développement industriel. De plus, vous pouvez leur faire part de vos satisfactions, de vos souhaits d’amélioration ou de votre mécontentement vis-à-vis des produits proposés. Et si leur réponse ne vous plaît pas, les concurrents sont là pour vous écouter.

Quoi qu’il en soit, pour ceux qui viendraient avec un objectif d’achat, il faut toujours garder à l’esprit qu’un investissement doit permettre de s’adapter aux évolutions de l’agriculture à moyen terme. Cet équipement me servira-t-il dans 10 ans ? Améliorera-t-il mon revenu ? Si vous ne parvenez pas à répondre à ces questions, c’est que les sirènes du marketing et de l’achat d’impulsion sont passées par là. Arrêtez donc de regarder seulement les hôtesses il y a aussi de belles machines sur les stands …

Le Sima, parce qu’il se déroule à Paris, est aussi une excellente opportunité pour ceux qui viennent de loin de découvrir ou redécouvrir la capitale, et de profiter le soir de ses distractions. En temps de crise, il est important de sortir la tête du guidon et de se distraire.

(1) Par analogie avec le greenwashing, (éco blanchiment en français), qui concerne le plus souvent les multinationales polluant l’environnement et qui, pour "blanchir" ou redorer leur image de marque, donnent une orientation écologique à leur communication.
© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous