Internet des objets agricoles S. Deleau, Visio-Green : « On peut connecter n’importe quel capteur à bas coût »

Terre-net Média

Pour Serge Deleau, directeur de Visio-Green, entreprise spécialisée dans l’internet des objets, l’agriculture est un domaine où les capteurs connectés sont parfaitement adaptés car ils sont autonomes en énergie, utilisent des réseaux bas débit qui couvrent l’ensemble du territoire pour un coût de construction et d’abonnement réduit.

Cliquez pour voir l’interview de Serge Deleau, directeur général de Visio-Green

Linternet des objets, dit « IoT » pour « Internet on tools » est en passe de s’immiscer dans chaque recoin des fermes.  « Avec l’internet des objets, on peut communiquer tous les quarts d’heure pendant cinq à dix ans avec une simple pile bâton. Une fois que l’on a compris qu’il est possible de connecter tous types de sonde et que la carte électronique coûte 40 à 100 euros, on peut imaginer de très nombreuses fonctionnalités à des prix abordables », fait remarquer Serge Deleau, directeur de la start-up Visio-Green. Ces objets vont de la station météo connectée, à la sonde de température de silo, aux alarmes d’ouverture de portes ou de fonctionnement de l’irrigation, de niveaux de liquide dans une cuve ou un abreuvoir… Visio-Green a ainsi créé un pluviomètre connecté à 250 euros avec deux ans d’abonnement inclus.

La France est pionnière dans le monde pour les réseaux bas débit avec la start-up toulousaine Sigfox ou la technologie américaine LoRa déployée notamment par Bouygues Telecom et Orange. Ces deux réseaux couvrent quasiment l’ensemble du territoire français. « Dans les parcelles, il n’y a pas l’électricité ni le wifi, même les bâtiments agricoles sont rarement reliés à un réseau internet, constate Serge Deleau. Et l’un des points forts de ces réseaux est leur faible coût d’abonnement. »

Rentabiliser en moins de six mois

L’internet des objets peut apporter un gain d’argent et de sérénité avec des alarmes qui s’assurent que les outils sont en bon état de fonctionnement. Et il y a parfois des milliers d’euros d’économie à la clé. « Par exemple, une sonde de température peut être très utile pour ventiler du grain. Avec un capteur dans le grain et un autre à l’extérieur, on peut piloter précisément les ventilateurs en fonction des températures et des coûts de l’électricité de jour et de nuit. Les investissements faits dans les objets communicants doivent pouvoir être rentabilisés en moins de six mois », estime le directeur de Visio-Green.

Ces objets connectés doivent être mis en réseau avec des serveurs web qui traitent l’information pour la renvoyer au smartphone de l’utilisateur. Ces dernières années, le développement d’applications web s’est lui aussi généralisé et simplifié. « Aujourd’hui, il y a de nouveaux outils pour les développeurs qui permettent de créer facilement et rapidement des applications, chose qui prenait des mois auparavant. » 

Visio-Green se lance également dans la saisie d’informations sans fil, sans écran, ni clavier ! Des produits destinés principalement aux pays en développement pour que des employés qui ne savent parfois ni lire ni écrire puissent saisir des données sur leur travail.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous