Bayer CropScience Cure de jouvence pour le portefeuille produits

| par | Terre-net Média

Lors de sa conférence de presse annuelle, Bayer CropScience a détaillé les quatre axes de sa stratégie de croissance. Le portefeuille de produits profite d’une cure de rajeunissement, les insecticides, classés comme les plus dangereux, sont abandonnés, l’investissement recherche se concentre sur l’activité semences. Enfin, la firme souhaite renforcer ses positions sur certaines cultures comme le blé, les oléagineux ou le soja.

  • -a
  • A+

Bayer CropScience souhaite développer la relation directe à l'utilisateur.
Sandra E. Peterson : « Bayer CropScience s’efforce de tirer
partie de l’orientation client tout au long de la chaîne de
valeur pour fournir des solutions depuis la semence jusqu’à
l'étal de la distribution. » (© Bayer CropScience)

Bayer CropScience a dévoilé mi-septembre, lors de sa conférence de presse annuelle à Monheim, en Allemagne, sa nouvelle stratégie à quatre axes pour poursuivre sa croissance. Sandra E. Peterson, présidente du directoire, commence par évoquer l’accélération de la conversion du portefeuille produits. « Bayer CropScience est en train de restructurer l’activité protection des cultures, notamment, en abandonnant les plus vieux produits, en se concentrant sur les familles clés de la marque et en continuant d’étendre sa présence géographique dans les marchés émergents. »

Abandon des insecticides les plus dangereux

Pour illustrer ses propos, la présidente a mis l'accent sur Xpro, fongicides pour céréales, arrivés cette année sur le marché (prévus prochainement en France, Ndlr), « exemples de l’amélioration possible de l’efficacité des solutions ». La famille Xpro a généré un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros en Europe au cours des six premiers mois de sa commercialisation en 2011. Sandra E. Peterson a également annoncé que la société accélérait le processus d’abandon des insecticides classés I par l’Oms. « D’ici fin 2012, Bayer CropScience n’aura plus aucun produit de cette classification dans son portefeuille », a-t-elle indiqué. « Ils seront remplacés par des substances modernes, bien ciblées, et plus respectueuses de l’environnement. »

Le troisième axe de croissance de Bayer CropScience consiste à recentrer l’innovation sur l'activité BioScience, sélection et recherche variétales, et les nouvelles opportunités dans la recherche agrochimique, en doublant l’investissement annuel en recherche et de développement d’ici à 2015 (près de 200 millions d’euros en 2010). Sandra E. Peterson a annoncé que les budgets alloués aux activités R&D de Bayer CropScience, dans son ensemble, devraient augmenter d’environ 20 %, pour atteindre plus de 850 millions d’euros à l’horizon 2015.

Premières variétés de blé en 2015

Bayer CropScience envisage enfin de renforcer davantage ses positions dans le coton, les oléagineux et les semences légumières, secteurs dans lesquels la société a enregistré une croissance supérieure à celle du marché mondial des semences et des caractères en 2010, évolution qui se poursuit d’ailleurs en 2011. De plus, Bayer CropScience entend occuper une place majeure dans les secteurs du soja, du riz et du blé. « Nous avons mis en place une plateforme de recherche consacrée à la génétique du blé. Les toutes premières variétés de blé résultant de cette initiative devraient pouvoir être mises sur le marché à l’horizon 2015 », a expliqué la présidente, en faisant référence à une série d’alliances et de coopérations conclues par la société avec des partenaires du secteur.

N.B : Source : communiqué de presse Bayer CropScience

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

PUB