Nicolas Lemonnier, Arysta LifeScience Fongicides 2017: « Une vision globale de sa culture pour investir au plus juste»

Terre-net Média

Nicolas Lemonnier, chef marchés biostimulants et biocontrôle grandes cultures d’Arysta LifeScience, préconise de prendre de la hauteur pour élaborer une stratégie globale de protection de ses céréales contre les maladies qui permette de raisonner ses investissements.

Nicolas Lemonnier, chef marchés biostimulants et biocontrôle grandes cultures d’Arysta LifeScienceNicolas Lemonnier déconseille de décider à la morte-saison de supprimer un traitement. (©Arysta)

« Une nouvelle campagne agricole débute dans un contexte économique très difficile. Chaque agriculteur doit réagir, prendre du recul afin d’analyser sa situation et aller de l’avant. Objectif : pérenniser son exploitation, son entreprise. Oui, la trésorerie est malmenée. Oui, des économies doivent être réalisées, mais pas à n’importe quel prix sous peine de grever dès maintenant le résultat de la moisson 2017.

Il convient de mieux répartir les dépenses à venir, sans tomber dans les extrêmes en faisant des coupes franches dans le budget. S’affranchir de certains achats, qui sont en réalité des investissements sur le résultat final, sera en fin de compte préjudiciable pour l’agriculteur à moyen ou court termes.

Biocontrôle et fongicide

Contre les maladies des céréales, l’erreur serait de décider, dès la morte-saison, de faire l’économie d’un traitement. La prise de risque serait alors trop importante quant au rendement visé. Plus que jamais l’agriculteur doit avoir une vision globale de la conduite de sa culture. Il aura commencé par bien choisir sa variété (plutôt tolérante aux maladies), sa date de semis (pas trop tôt pour éviter que la maladie s’installe précocement) et sa densité. Puis, en saison, il consulte fréquemment les bulletins de santé du végétal pour ajuster au plus près les doses et les produits employés. Il utilise des OAD pour agir plutôt en préventif, adapte ses dates d’intervention et surtout se déplace régulièrement dans les parcelles pour observer ses céréales. Ces réflexes, s’ils sont appliqués, lui permettront de faire des économies, ou plutôt d’investir au plus juste, afin de sécuriser son potentiel et, en bout de course, préserver son revenu.

Arysta propose Néo Power, Néo Perform et Actu’Control, des solutions de protection économiques et techniquement fiables, alliant deux modes d’action différents et complémentaires : biocontrôle et fongicide. Ces offres trois voies (laminarine + triazole + chlorothalonil) contrôlent efficacement, en sortie d’hiver, un large spectre de maladies et permettent d'attendre sereinement le relais fongicide classique à dernière feuille.

La fertilisation est aussi essentielle

Attention, d’autres postes ont un impact indirect mais significatif sur la résistance des céréales, comme la nutrition. Si la plante vient à manquer de carburant, en l’occurrence d’éléments minéraux, elle aura beau être protégée convenablement, le potentiel de rendement ne sera pas atteint. La fertilisation des cultures est donc tout aussi essentielle que leur protection et que le choix des semences. Dans ce sens, les biostimulants agissent directement sur la plante pour optimiser son métabolisme et rentabiliser l’investissement engrais.

Nos Physio Activateurs exercent ainsi une action sur la physiologie du végétal. En grandes cultures, ils permettent à la plante de capter un maximum d’unités d’engrais et de valoriser les minéraux du sol. L’approvisionnement de "l’usine végétale" reste optimal. La photosynthèse tourne à plein régime au service de la croissance. La plante est dans les meilleures dispositions pour résister aux aléas climatiques et aux attaques des bioagresseurs, survenant tout au long de son développement. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous