• S'abonner

Deux produits pour de nouvelles opportunités de lutte

Désherbage tournesol

| par Céline Zambujo, en collaboration avec le Vaucluse Agricole | Terre-net Média

En 2010, les surfaces et les rendements nationaux de tournesol sont globalement stables. Mais l’information majeure de 2010 est la première année d’application de deux nouveaux herbicides : le Pulsar 40 et l’Express SX.

  • -a
  • A+


« L’apparition sur le marché du Pulsar 40 et de l’Express SX
ouvrent de nouvelles possibilité dans les stratégies
de désherbage tournesol. » (© Terre-net Média)

En 2010, « le bilan de l’année est plutôt positif d’un point de vue contrôle des mauvaises herbes en culture de tournesol », rappelle Didier Cholet (Cetiom Lyon).

En post-levée, les adventices les plus ciblées sont surtout l’ambroisie et le xanthium, suivent également le bidens, la datura et le tournesol sauvage. « Il faut toutefois noter que la pression des autres adventices, type liseron des haies dans le Sud-Ouest, a tendance à augmenter ces dernières années. »

Quant aux interventions de post-levée (semis + 1 mois environ), l’année 2010 a surtout été marquée par la première année d’utilisation de deux nouveaux herbicides (tableau 1) : Pulsar 40 (imazamox) et Express SX (tribénuron-méthyl).


Tableau 1 : Désherbage de post levées avec les nouveaux
produits homologués (© Cetiom)

« Sur le terrain, les utilisations ont souvent été bien encadrées, grâce notamment à ces deux nouveaux produits homologués qui permettent des gains de rendements, en particulier dans les situations où la prélevée est dans l’impasse », résumait Didier Cholet.

Les résultats expérimentaux relevés en 2010 ont également permis de préciser l’efficacité de ces nouveautés en fonction des conditions d’humidité, à l’application des prélevées (graphique 1).


Graphique 1 : Moyenne des efficacités par adventices selon les conditions
climatiques de prélevée (© Cetiom, décembre 2010)

 Ces essais montrent également que le stade d’application est déterminant. Exemple sur l’Ambroisie (graphique 2).


Graphique 2 : Evolution de l’efficacité en fonction du stade d’application (© Cetiom)

 Des premiers travaux sur le fractionnement de doses ont également été lancés avec ces deux produits :

  • Deux applications de Pulsar 40 (0,625 l/ha) + Actirob B permet d’améliorer l’efficacité sur Ammi-majus (si application au stade jeune), laiteron, matricaire/anthémis, mercuriale et xanthium. Par contre, sur certaines autres, le fractionnement est préjudiciable : renouée liserons et graminées. Mais attention, l’usage n’est pas homologué à ce jour (demande en cours).
  • Express SX + Trend 90 (25 g/ha puis 20 g/ha) permet également d’améliorer l’efficacité de l’intervention sur ambroisie, morelle, mercuriale, renouée liseron, renouée persicaire et xanthium. « Mais là aussi, le fractionnement n’est pas homologué. Et il faut dans tous les cas bien connaître sa flore avant de décider d’une baisse de dose pour Express. » 

Attention au stade d’application !

Dans le Sud-Ouest

« Contrairement au reste de la sole nationale tournesol, dans le Sud-Ouest, les conditions climatiques ont favorisé l’action des herbicides de prélevée », poursuivait Franck Duroueix (Cetiom Agen). Dans le Sud-Ouest, les interventions étaient avant tout ciblées sur xanthium mais aussi tournesol sauvage, ambroisie ou datura. « Dans ces situations, leur utilisation devrait progresser vu le nombre de parcelles infestées par ces adventices auxquelles on peut ajouter le liseron des haies, de plus en présent. »

La synthèse des essais réalisés permet de mettre en évidence l’efficacité de l’imazamox et du tribénuron-méthyl sur rumex, liseron des haies ou xanthium. Un essai mené sur xanthium basé sur un fractionnement permet un contrôle des levées échelonnées. « Nous avons plus de 90 % d’efficacité avec l’application de Pulsar ou d’Express en deux demi-doses. Le stade d’application est déterminant. Une application tardive est en effet synonyme de risque de redémarrage des bourgeons axillaires.

« Ces utilisations ont été pour la plupart bien encadrées d’un point de vue conseil, mais on peut noter dans bon nombre de situations des dépassements du stade optimal d’intervention ce qui génère des baisses d’efficacité », notait toutefois le responsable du Cetiom. « Nos essais montrent bien une variabilité du niveau d’efficacité liée aux différents stades d’application. »

Mieux cerner le fonctionnement des produits

Pulsar 40 (imazamox) et Express SX (tribénuron-méthyl) modifient aujourd’hui la donne au niveau de la stratégie de désherbage à suivre et ouvrent de nouvelles possibilités. « Les résultats sont évidemment intéressants au niveau des efficacités et laissent entendre une meilleure gestion des adventices à l’avenir. Mais la technique reste à mieux cerner », expliquait Didier Cholet (Cetiom Lyon).
Premier écueil à surmonter : les stratégies « tout en post-levée » ne séduisent pas forcément les agriculteurs car trop souvent comparées au désherbage maïs qui fait aujourd’hui l’objet de remontrances sociétales. Ensuite, ces solutions sont encore nouvelles et les prescripteurs ne disposent pas encore de la totalité du mode d’emploi, « et en particulier sur des adventices classiques ». « Il faut raisonner ces solutions en fonction des efficacités qu’elles ont, avec un spectre large et régulier. »
Toutefois, le Cetiom relève aussi des freins sur le terrain à utiliser ces produits : la morosité des cours peut selon l’institut avoir « freiné les innovations et les investissements », sans parler du prix des programmes pré et post-levée qui peut en avoir rebuté plus d’un. Enfin, le désherbage seul ne saurait tout solutionner. C’est pourquoi le Cetiom a intégré les techniques alternatives en complément de la lutte chimique dans ses essais. « Pour la première année, le désherbinage (herbicide de post-levée sur le rang avec binage sur l’inter-rang, ndlr) fait partie des protocoles. À ce jour, les applications d’herbicides sur le rang au semis suivies d’un binage sont les plus prometteuses », conclut Didier Cholet.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

PUB