Diagnostic Le bas volume est-il fait pour moi ?

Terre-net Média

L'adoption de la technique du bas volume améliore nettement le chantier de pulvérisation avec de nombreux bénéfices à la clé. Sous certaines conditions cependant même si, à l'inverse, des a priori perdurent quant à la difficulté de sa mise en oeuvre. Le bas volume est-il fait pour vous ?

Traitement du blé.Les meilleures conditions de traitement, absence de vent et hygrométrie, sont réunies au lever du jour. (©Terre-net Média)

Hypothèse n°1 : Je cherche avant tout à faire des économies de produit. Réponse : Oui et non. En général, le passage au bas volume entraîne indirectement une économie de produits phytosanitaires, mais, ce n’est pas l’objectif premier.

Hypothèse n°2 : Je ne veux pas investir dans du matériel. Réponse : Oui. Cette technique s’adapte à la majorité des pulvérisateurs présents dans les exploitations. Le spra coupe, grâce à sa vitesse de travail, permet de descendre à moins de 50 l/ha de volume d’eau.

Hypothèse n°3 : Si je m’y mets, c’est pour tous les traitements. Réponse : Oui. Baisser le volume d’eau s’applique à de nombreux cas. Cette décision découle d’un raisonnement tenant compte de la cible, de la couverture nécessaire pour l’atteindre et assurer l’efficacité du traitement et, dans certains cas, du type de produit utilisé.

Hypothèse n°4 : Mes cultures sont souvent soumises à une forte pression maladies. Réponse : Oui. Cette pratique s’appuie sur les principes de la protection intégrée. Elle mise sur le préventif avec des traitements précédant l’apparition des symptômes, donc quel que soit le risque maladies.

Hypothèse n°5 : J’aime la simplicité, j’applique la même recette pour toutes mes interventions. Réponse : Non. Même s’il est applicable à bon nombre de traitements, le bas volume nécessite une certaine technicité.

Hypothèse n°6 : Le matin, j’aime profiter d’un temps calme à la maison avant de me mettre au travail. Réponse : Non. Les meilleures conditions pour la pulvérisation, absence de vent et hygrométrie, sont réunies au lever du jour. Il faut pouvoir démarrer tôt.

Hypothèse n°7 : Je suis de près le planning d’entretien de mon matériel. Réponse : Oui. La qualité de la pulvérisation en dépend.

Hypothèse n°8 : J’ai des parcelles vraiment éloignées de mon siège d’exploitation. Réponse : Oui. Avec le bas volume, il est possible de traiter plus de surfaces avec un même volume d’eau, d’où du temps en moins sur la route.

Co-rédacteurs : Christophe Chatain et Bruno Schmitt de la Chambre d'agriculture de l'Oise
© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous