Sucre Hervé Gaymard : "La France va se battre pour sauver la canne"

AFP

SAINT-DENIS-DE-LA RÉUNION, 20 sept 2004 - Le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard a déclaré vendredi à la Réunion que la France allait "se battre à Bruxelles pour sauver la canne", qu'il a qualifiée de "colonne vertébrale de l'agriculture réunionnaise".

Arrivé en début de matinée à Saint-Denis, le ministre a été accueilli à l'aéroport par les responsables politiques de tous bords et une cinquantaine de planteurs de cannes qui lui ont remis des cadeaux, principalement du rhum. "Haut les coeurs", a lancé M. Gaymard à un agriculteur qui lui faisait part de ses inquiétudes sur l'avenir de la filière sucrière, principal objet de sa visite de 24 heures dans l'île.

Tout au long de ses rencontres avec les présidents du conseil régional Paul Vergès (PCR) et du conseil général Nassimah Dindar ainsi que lors d'une table ronde avec les agriculteurs à la préfecture, le ministre a répété sa volonté de défendre l'économie sucrière lors des négociations sur la réforme de l'OCM (Organisation commune de marché) sucre. Cette réforme prévoit une diminution de 30% du prix du sucre d'où l'inquiétude des producteurs de la Réunion qui réclament une "compensation intégrale", par l'Europe ou la France, de leur perte de revenus.

Le ministre a rappelé qu'une "première victoire sur le principe de cette compensation, qui était loin d'être acquis" a été obtenue par la reconnaissance des spécificités de la Réunion. La deuxième étape, a-t-il dit, consistera en "un énorme travail de conviction" auprès des autres partenaires européens pour "obtenir la compensation maximale". La Réunion est "réellement le seul territoire réellement sucrier de canne de l'Union européenne", a-t-il rappelé.

En bras de chemise, le ministre s'est rendu l'après-midi dans un champ de cannes de Bras Panon où un petit planteur, Sébastien Ramaye, produisant 200 tonnes de cannes par an lui a fait part de ses difficultés pour vivre en gagnant moins de 1.000 euros par mois. M. Gaymard l'a assuré de son soutien avant de sacrifier à la tradition en coupant une canne à l'aide d'un sabre. Le ministre, qui a rappelé avoir travaillé six mois à la préfecture de Réunion en 1984, a également annoncé la mise en place d'une mission pour sécuriser l'emploi des agriculteurs. Il doit quitter l'île samedi matin pour l'île Maurice après une rencontre avec les représentants du secteur de la pêche.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous