Lait Rupture des négociations sur le prix

AFP

PARIS, 3 février 2004 - La deuxième réunion de négociation sur la fixation du prix du lait entre les producteurs, les industriels privés et les coopératives, mardi soir à Paris, a échoué, a-t-on appris auprès des différents participants.

Les représentants de la Fédération Nationale des Producteurs de Lait (FNPL) ont refusé les fortes baisses du prix du lait payé aux producteurs proposées par les transformateurs. Aucune date de nouvelle réunion n'a été fixée par les participants du "comité du suivi du prix du lait" qui comprend, outre la FNPL, la FNIL (Fédération nationale de l'industrie laitière) et la FNCL (Fédération nationale de la coopération laitière).

"La reprise des manifestations est inéluctable de la part des producteurs" a déclaré à l'AFP un porte-parole de la FNPL après la fin de la réunion qui a duré plus de cinq heures. Réunis une première fois le 22 janvier dernier, les industriels privés, coopératives et producteurs du secteur s'étaient séparés sans trouver d'accord, les producteurs de lait ayant qualifié de "provocation" la proposition des entreprises de réduire de 18 euros pour 1.000 litres le prix du lait.

Les nouvelles propositions des transformateurs - une baisse immédiate de 10 euros portée à 18-20 euros pendant le deuxième semestre 2004 selon la FNPL - ont été également rejetées mardi par les producteurs. A cause de cette rupture des négociations, le prix du lait devrait être fixé librement, entreprise par entreprise, comme l'avaient menacés les transformateurs.

Le ministre de l'Agriculture, Hervé Gaymard, doit réunir le 10 février prochain une table ronde "avec tous les acteurs de la filière laitière". "Nous devons sur ce sujet tous travailler ensemble", avait déclaré, le 28 janvier, M. Gaymard qui souhaitait qu'il y ait "le plus rapidement possible un accord pour donner une juste rémunération aux producteurs laitiers". "Ce n'est pas au ministre de fixer le prix du lait", a souligné mardi soir un porte-parole de la FNPL.

Après avoir connu une légère embellie en 2000 et 2001, le prix du lait payé aux producteurs est en baisse depuis neuf trimestres consécutifs, relève le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (CNIEL). Signé en novembre 1997, l'accord cadre - en fait une "recommandation" du "comité de suivi" du prix du lait qui était appliquée par toutes les parties - permettait de modifier celui-ci en fonction de la conjoncture et de limiter les variations avant qu'il n'expire fin 2003 en raison de la réforme de la PAC (Politique agricole commune).

Des producteurs de lait de l'Ouest bloquaient mardi six laiteries de Mayenne et deux en Sarthe pour dénoncer la baisse prévue des prix, profitant selon eux à la grande distribution, et exigeaient la reconduction du prix actuel du lait. La France est le deuxième pays producteur européen de lait, avec 24 milliards de litres par an et 110.000 producteurs, derrière l'Allemagne (environ 26 milliards de litres).



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous