Momagri Accords de libre-échange : qui sème le vent…

Momagri Terre-net Média

A défaut de voir l’Omc triompher en instance commerciale multilatérale et fédératrice, les Etats-Unis et l’Union européenne multiplient les marathons pour la mise en place d’accords de libre-échange régionaux : l’accord Transaltantique (Ttip ou Tafta), l’accord Transpacifique (Tpp) ou encore l’accord UE-Mercosur et UE-Canada… Mais à mesure que les négociations avancent, les voix d’élus et de sociétés civiles sont de plus en plus nombreuses à dénoncer des accords opaques, économiquement et socialement délétères, qui affecteraient des secteurs comme l’agriculture.

Paysage agricoleLa réalisation des accords de libre-échange sont potentiellement nuisibles pour des secteurs comme l’agriculture et l’agroalimentaire. (©Terre-net Média)« Empruntons-nous le mauvais versant de la globalisation ? C’est en tout cas ce que l’économiste et prix nobel Joseph Stiglitz suggère dans un récent éditorial pour le New-York Times. Il s’appuie ainsi sur l’exemple du Partenariat Trans-Pacifique (Ttp)1, traité de libre-échange le plus important jamais négocié, qui comprend aujourd’hui 12 pays et représente plus de 40 % du Pib mondial. Pourtant, cet accord est loin de faire l’unanimité. Opacité, toute puissance des intérêts commerciaux au détriment d’intérêts nationaux et transnationaux, promotion de la libéralisation et de la déréglementation financières, quand la crise de 2008 aurait dû nous apprendre que l’absence de réglementation adéquate peut mettre en péril la prospérité économique. Voilà autant de déséquilibres et de dysfonctionnements qui feront des accords de libre-échange, comme le Tpp, des fossoyeurs de l’équité sociale et des amplificateurs de risques.

Croire à un accord gagnant-gagnant favorisant progrès social et performances économiques, serait tout aussi illusoire que croire en la fiabilité des modèles économiques sur lesquels ces accords reposent. Des modèles qui supposent notamment une concurrence pure et parfaite, et ignorent des éléments relatifs aux risques de marché et d’ordre spéculatif, ou la volatilité intrinsèque des marchés, particulièrement des matières premières agricoles. Ainsi, si les objectifs des accords de libre-échange sont ambitieux, cohérents et louables, les fondements de ces projets sont irréalistes, et leurs réalisations potentiellement nuisibles pour des secteurs comme l’agriculture et l’agroalimentaire, dans la mesure où ces derniers sont négligés, tant d’un point de vue économique que stratégique.

Dans cette configuration, les mises en garde de Joseph Stiglitz n’en deviennent que plus pertinentes. »

1 Accord Tpp : Etats-Unis, Australie, Japon, Brunei, Canada, Chili, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour, Vietnam.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous