Herbicide au glyphosate Bayer poursuit sa débâcle boursière après la condamnation de Monsanto

AFP

Le titre Bayer reculait encore jeudi à la Bourse de Francfort après la deuxième condamnation en moins de six mois de sa filiale Monsanto, par un jury américain, en raison de la dangerosité de son herbicide au glyphosate.

Vers 08h30 GMT, l'action Bayer cédait 1,14 % à 55,69 euros, à rebours d'un Dax en hausse de 0,21 %. Si le repli du jour reste modéré, montrant que les investisseurs avaient anticipé l'issue de ce nouveau procès, Bayer a vu s'évaporer plus de 46 % de sa valeur boursière depuis qu'il a racheté Monsanto en juin 2018 pour 63 milliards de dollars.

Le patron du chimiste de Leverkusen Werner Baumann martelait encore dimanche dernier dans la presse allemande que ce pari historique pour Bayer restait une « bonne idée ».

Mais dans l'intervalle, le groupe allemand a vu s'amonceler les procédures judiciaires contre le RoundUp, l'herbicide vedette au glyphosate de Monsanto, désormais ciblé par plus de 11 200 requêtes en responsabilité sur le seul territoire américain.

Or les cas de deux premiers requérants, atteints du même type de cancer, ont été tranchés en défaveur de Monsanto : le groupe a été condamné à payer 78,5 millions de dollars à l'automne dernier à un ex-jardinier, puis 80,3 millions de dollars mercredi soir à un retraité californien.

« Déçu » par cette décision, Bayer a estimé dans la foulée qu'elle ne « change(ait) rien au poids de 40 ans de science et de conclusions d'agences de régulation dans le monde entier qui soutiennent que notre désherbant au glyphosate est sûr et qu'il n'est pas cancérigène ».

Le groupe va faire appel. Mais mercredi matin, l'un de ses actionnaires, le fonds Union Management, s'inquiétait dans le quotidien Rheinische Post de la déconfiture boursière du titre, qui renforce à ses yeux « le risque d'un rachat » hostile.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous