Wilmar Bénéfice annuel en recul de 5,7 %, affaibli par la peste porcine en Chine

AFP

Le géant singapourien du négoce agricole, des plantations et de l'agroalimentaire Wilmar a vu son bénéfice net régresser de 5,7 % en 2018 à 1,3 milliard de dollars, souffrant en fin d'année des conséquences de la peste porcine en Chine.

Sur l'année, Wilmar a réalisé un chiffre d'affaires en croissance de 2,1 % à 44,5 milliards de dollars contre 43,5 milliards l'année précédente, et a augmenté sa rentabilité, selon un communiqué reçu jeudi à Paris. « Le groupe a réalisé une bonne performance malgré les faibles cours de l'huile de palme et du sucre dans nos opérations amont, et la volatilité du marché du soja due aux tensions commerciales américano-chinoises », a indiqué le groupe dans un communiqué, en prévoyant une année 2019 « satisfaisante ». « Avec la récente reprise des cours de l'huile de palme et des marges satisfaisantes sur les activités de transformation aval, les huiles tropicales devraient avoir une bonne année 2019 », détaille Wilmar.

Le groupe a néanmoins prévenu qu'il anticipait un « impact négatif » sur les marges de la trituration au premier trimestre 2019, en raison d'une baisse sévère de la demande en tourteaux, due à l'épidémie de peste porcine en Chine qui affecte les élevages de porcs. Wilmar a aussi indiqué qu'il envisageait la possibilité d'une introduction en Bourse séparée de sa holding chinoise, en ne donnant toutefois « aucune certitude ni aucune assurance » sur la date de réalisation.

L'an passé, Wilmar a amélioré globalement sa rentabilité avec un excédent brut d'exploitation (Ebitda) en progression de 12,5 % à 2,94 milliards de dollars, malgré un recul de 8 % au quatrième trimestre, à 774 millions. Cette embellie s'applique à l'ensemble du groupe, sauf les plantations d'huile de palme et les raffineries de sucre affectées par la baisse des cours de l'huile de palme et du sucre sur les marchés mondiaux en 2018.

Au quatrième trimestre, le bénéfice net s'est réduit de 10,3 % à 334,7 millions de dollars contre 373 millions l'année précédente. Le groupe a particulièrement souffert en fin d'année de l'impact de la peste porcine africaine sur les élevages de porcs en Chine, qui a affecté ses volumes d'oléagineux et céréales utilisés dans l'alimentation animale, alors que les prix des matières premières agricoles étaient déjà bas.

Par secteur d'activité, les huiles tropicales (plantations, fabrication, négoce) ont vu leur bénéfice progresser de 37,4 % à 546 millions de dollars US sur l'année. La baisse des cours mondiaux des matières premières a au moins permis de réduire les coûts de l'alimentation du bétail, même si cette amélioration a été « partiellement compensée par une plus faible contribution des plantations en raison de la faiblesse des cours de l'huile de palme », indique le communiqué. Le chiffre d'affaires huiles tropicales a augmenté de 4,8 % en raison de la demande constante pour les agrocarburants.

Sur le secteur oléagineux et céréales, le bénéfice a progressé de 20,3 % à 875 millions de dollars, avec une hausse des marges et des volumes des activités de trituration. Dans le secteur du sucre, Wilmar a enregistré une perte avant impôt de 123 millions de dollars sur l'année, essentiellement liée à une perte de 138,6 millions de dollars au 4e trimestre sur ses opérations australiennes. Wilmar a inscrit une provision de 138,6 millions de dollars au dollars, notamment pour couvrir une dépréciation de ses actifs sucriers en Australie.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous