Bilan de moisson chez Arterris Une collecte estivale dans la moyenne mais très hétérogène selon les secteurs

Terre-net Média

Situé en Occitanie et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Arterris dresse un bilan assez hétérogène de sa collecte estivale 2019. À l'ouest du territoire, les rendements sont bons malgré l'épisode de sécheresse. À l'inverse, les conditions climatiques dans le sud-est ont fortement pénalisé les cultures.

De cette moisson estivale 2019, Arterris dresse un bilan plutôt positif : « la collecte est légèrement supérieure aux prévisions et en moyenne tous territoires confondus, conforme aux historiques de rendements », note le groupe coopératif dans son communiqué. Cependant, « à l'image de son vaste territoire, les rendements sont hétérogènes d'un point à l'autre de celui-ci ». Les rendements sont bons dans l'ouest du territoire de la coopérative malgré les conditions climatiques sèches. « Les fortes pluies de l'automne ont, par contre, pénalisé l'implantation des cultures d'hiver dans le sud-est. La sécheresse qui a suivi a eu pour conséquence de très mauvais rendements et une récolte des plus basses de mémoire de producteur. »

En blé dur, Arterris note une collecte d'environ 250 000 tonnes. « Les rendements à l’ouest du territoire sont 10 à 15 % au-dessus de la norme, tandis qu’à l’est, en raison des mauvaises conditions d’implantations, la récolte est en baisse de presque 40 % par rapport à la récolte 2018. [...] La qualité du grain, relativement homogène, est globalement bonne. La teneur en protéines à l’ouest du territoire est un peu décevante. En effet cette dernière se situe en dessous de la moyenne régionale habituelle, ceci en raison d’une dilution liée aux bons rendements sur les cultures. Le taux de grains germés/mouchetés/fusariés, autour de 6 %, est également correct. Le taux de mitadin est bon, inférieur à 20 % en moyenne. »

Pour le blé tendre, la récolte est satisfaisante sur l'ensemble du territoire avec « des rendements 10 à 15 % au-dessus de la norme. À l’image du blé dur, en raison de la dilution de la protéine par les bons rendements, le blé tendre meunier et le blé de force présentent un taux de protéines moyen respectivement de 11 % et de 13,5 %. Les autres critères sont bons et conformes à la norme commerciale ».

En ce qui concerne les céréales fourragères, le constat est assez similaire au blé tendre et au blé dur. « Les rendements sont 10 à 15 % au-dessus de la norme. » Pour les protéagineux, le rendement des pois est plutôt correct. Ceux de la féverole sont, par contre, décevants, notamment à cause du sec.

Du côté du colza, les conditions de semis ont été défavorables à sa bonne implantation comme dans beaucoup d'autres régions françaises. « Les surfaces ressortent en conséquence en forte baisse, tandis que les rendements sont très hétérogènes en fonction de la climatologie au moment des semis, le volume de récolte atteint un "plus bas" historique ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous