Lancement de Vivescia Christian Rousseau : « Transformer un besoin de consommateur identifié en une production agricole »

Terre-net Média

Vivescia devrait devenir la première coopérative céréalière française. A Reims la semaine dernière, la nouvelle équipe de direction a présenté cette nouvelle puissance, tout en insistant sur l’importance de conserver la proximité avec ses adhérents.

Pascal Prot Vivescia.
Même si la taille de ce nouveau groupe coopératif devient importante « n’imaginez pas qu'elle empêche Vivescia d’être
proche de ces adhérents, bien au contraire », insiste son président Pascal Prot. (© Terre-net Média)

En attendant que l’Autorité de la concurrence autorise la création du nouveau groupe coopératif Vivescia (fusion entre Champagne Céréales et Nouricia), la direction du groupe a organisé à Reims la semaine dernière une plénière de présentation de ses ambitions. Nous souhaitons « créer et produire des solutions agri-industrielles durables qui permettront d’augmenter le revenu de nos adhérents en répondant aux attentes de nos clients et de la société, a insisté Alain Le Floch directeur général de Vivescia. Avec 3,5 milliards de chiffre d’affaire (43 % pour l’agriculture et 57 % pour la transformation) c’est un groupe qui a des moyens pour répondre aux grands défis de l’agriculture (alimentaire, économique, environnemental et sociétal, ndlr) ».

Premier collecteur de céréales

Agriculteurs et consommateur en lien direct !

« Vivescia doit cultiver les synergies entre l’amont agricole et l’aval industriel, souligne Christian Rousseau, président délégué Agriculture et Innovation de Vivescia. La chance que nous nous sommes donnée par rapport à n’importe quel groupe transformateur, c’est de pouvoir transformer un besoin de consommateur identifié en une production agricole. Et ça c’est une chance formidable ! »

Pour lancer l’interview web-vidéo de Christian Rousseau, cliquez sur l’image.

Pour Christian Rousseau, président délégué Agriculture et Innovation de Vivescia « cette nouvelle fusion va certainement nous amener dans les 10 premiers groupes mondiaux. En France, nous serons par exemple le premier collecteur de céréales avec 4 millions de tonnes collectées chaque année, le leader de la meunerie ou encore le second maïsier européen ».

Et pour faire face entre autre à la volatilité des marchés et gérer le risque prix de ces adhérents, une direction des marchés sera spécialement créé. « Pour une meilleure maîtrise du revenu des adhérents, l’expertise marché deviendra un cœur de métier » argumente Alain Le Floch.

« Etre proche de ces adhérents »

Avec comme signature « L’innovation par nature », l’innovation occupera une place centrale de Vivescia. Une équipe de 100 chercheurs sera en charge d’organiser la recherche afin d’anticiper et de concrétiser les besoins et les techniques de demain.

Enfin même si la taille de ce nouveau groupe coopératif devient importante, voire très importante « n’imaginez pas qu'elle  empêche Vivescia d’être proche de ces adhérents. Bien au contraire, insiste son président Pascal Prot. La coopération des 8.500 adhérents sera structuré par 18 sections représentant environ 200.000 tonnes de collecte, soit l’équivalent d’une coopérative taille moyenne. J’espère qu’elles seront un lien extrêmement vivant dans le groupe ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Chargement des commentaires


Contenu pour vous