Echanges commerciaux agroalimentaires 604 millions d’euros d’excédents en novembre

Frédéric Hénin Terre-net média

Malgré le manque de dynamisme des produits bruts, la contraction du solde des produits agroalimentaires, qui s’est poursuivie pendant les onze premiers mois de l’année par rapport aux mêmes mois de l’année précédente, semble enrayée. Ceci dit, l’excédent des produits laitiers s’est contracté en onze mois de 500 millions, celui des céréales de 2 milliards et pour les boissons, le recul est de 1,7 milliards d’euros.

Après une évolution négative pendant les trois premiers trimestres, l’excédent des échanges en produits agricoles transformés atteint 620 millions d’euros en novembre 2009, en hausse de 32 % par rapport à 2008. Selon une étude du ministère de l'agriculture, la contraction des importations est de 150 millions d’euros (- 6 %). Ce repli s’observe principalement pour les tourteaux et les huiles, et à un moindre niveau pour les produits à base de céréales. Par ailleurs, sont en hausse les achats de produits laitiers hors fromages, et, à un moindre niveau, d’alcools ainsi que de viande de volaille. Pour la première fois depuis le début de l’année 2009, les exportations ne reculent plus.


Les échanges commerciaux de produits agricoles et allimentaires
très touchés par la crise (© Terre-net Média)
Les vins et champagnes connaissent leur plus faible repli (- 4 % en valeur et – 1 % en cols) depuis janvier 2009, la baisse vers le Royaume-Uni et la Belgique étant atténuée par la hausse vers l’Allemagne et les États-Unis. Les alcools affichent leur première hausse (+ 8 % en valeur et + 15 % en cols), notamment vers les États-Unis, Singapour, la Chine, et le Royaume-Uni.

Sur onze mois, les tendances de l’année écoulée sont figées. Les produits laitiers accusent un excédent en recul de 500 millions en raison d’un manque de compétitivité subite lié à un prix du lait défavorable par rapport à celui en vigueur chez nos voisins européens. Phénomène accru par la crise.

La faiblesse des prix des céréales exportées conduit à un de repli de 2 milliards de l’excédent commercial par rapport à 2008. Et pour les boissons, le recul est de 1,7 milliards d’euros.

Un des seuls postes moins déficitaire est celui des oléo-protéagineux, conséquence de la baisse des cours. En revanche le déficit en viande se creuse.

Un déficit de 16 millions d’euros en produits agricoles bruts est apparu en novembre 2009, faisant suite à des échanges régulièrement excédentaires depuis janvier 2007. L’alourdissement du déficit notamment en fruits et plantes à boisson, et en produits de la pêche et aquaculture, s’ajoute à la contraction de l’excédent en céréales, obérant la hausse de l’excédent en bovins vivants.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous