Manifestation du 5 novembre Entre 200 et 300 agriculteurs dans les rues de Marseille

Afp

Marseille, 5 nov 2014 (AFP) - Environ 300 agriculteurs des départements du Sud-Est selon les organisateurs, 200 selon la police, ont manifesté mercredi après-midi dans le centre de Marseille, le premier grand rassemblement de ce type « depuis le début des années 2000 » d'après ces exploitants défendant la production française.

Pour suivre les manifestations en direct, cliquez sur : Suivez les manifestations Fnsea-JA de ce 5 novembre 2014

Partis vers 13h30 du Marché d'intérêt national (Min), dans les quartiers nord de la ville, ces agriculteurs ont ensuite mené une opération escargot sur l'autoroute A7, avec une douzaine de tracteurs, avant de manifester devant la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), pour protester notamment contre une directive nitrates. Ils ont alors bombardé de pommes le bâtiment de cette administration, ainsi que les Crs qui protégeait le site, faisant également exploser des bombes agricoles.

Puis, les agriculteurs en colère ont rallié le Vieux-Port où la manifestation s'est achevée vers 16h, une délégation étant reçue en préfecture. « On a trouvé, en bonne politique, le moyen de faire mourir de faim ceux qui, cultivant la terre, font vivre les autres », pouvait-on lire sur une banderole citant Voltaire.

« Il s'agit de la première grande manifestation d'agriculteurs dans le centre de Marseille depuis le début des années 2000 », a souligné Serge Mistral, secrétaire général de la Fdsea des Bouches-du-Rhône, son organisation ayant appelé nationalement à la manifestation en même temps que les Jeunes agriculteurs (JA). « Ce qui est spécifique dans notre région, c'est le fait qu'en raison de l'embargo russe sur les produits alimentaires, nous nous retrouvons avec des pommes et des poires sur le dos, notamment dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse », a ajouté Serge Mistral, pendant que les agriculteurs en colère distribuaient des pommes aux passants et des tracts "Produire français pour manger français" où ils dénonçaient notamment l'excès de normes et contrôles.

Deux autres manifestations similaires se tenaient simultanément à Arles et Avignon, ont indiqué les représentants de la Frsea Paca. A Avignon, ils étaient 400 selon les organisateurs, 250 selon la police, déversant des bennes de fruits et légumes qu'ils ont fait brûler devant la cité administrative abritant la Ddt (direction départementale des territoires), puis devant la préfecture. « Il y a 20 ans, il y avait 3 millions d'agriculteurs, aujourd'hui 800.000, et dans 10 ans on ne mangera que des produits étrangers, car la France sera devenue un désert », a lancé Jean-Louis Canto, vigneron à Sorgues. A Arles, ils étaient environ 150 selon la police. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous