Lu sur les forums « Assurance récolte obligatoire, bonne ou mauvaise chose ? »

Bénédicte Normand Terre-net média

C’est la question que se pose le forumeur ‘philpg1’ alors la proposition de loi tendant à généraliser l'assurance récolte obligatoire a été rejetée le 22 octobre dernier au Sénat.

L'historique de l'assurance récolte obligatoire :

  • Le texte de proposition de loi
    tendant à généraliser l'assurance récolte obligatoire a été déposé au Sénat le 18 février 2008
  • Travaux de la commission des affaires économiques
  • Le rapport du sénateur Daniel Soulage, fait au nom de la commission des affaires économiques, a été déposé le 22 octobre 2008
  • Le texte est rejeté par la commission le 22 octobre 2008
  • La discussion en séance publique est prévue le 29 octobre 2008
La proposition de loi visant à généraliser l’assurance récolte obligatoire a été rejeté par la Commission le 22 octobre 2008. Elle fera l’objet d’une discussion en séance publique ce mercredi 29 octobre 2008. Ce projet suscite l’interrogation du terrenaute ‘philpg1’ sur la question de l’assurance récolte. Il cherche des retours d’expérience auprès des forumeurs : « Parmi vous, est-ce qu’il y en a qui ont déjà souscrit ? En êtes-vous satisfaits ? Pourquoi ? »

Après 2003, ‘Dugers’ a souscrit à l’assurance récolte, indépendamment de la grêle : « Avec l'assurance récolte, je suis assuré en cas d'arrêt d'irrigation (y compris arrêté préfectoral), dégâts des eaux (par exemple location de chenilles pour récolter du maïs) et tempête entre autres. Je considère cela comme une assurance revenu car les primes sont calculées en fonction des rendements et des prix des 5 dernières années ». Le terrenaute illustre avec son expérience : « L’assurance récolte m’a rattrapé le coup en tournesol en 2004 : récolte 10 quintaux plus 12 quintaux, hors franchise, de l’assurance ». Il a également reçu quelques paiements de ressemis après de gros orages intervenus au printemps.

Pour ‘Ced62’, tout dépend de la situation et du climat de l’exploitation : « Je suis en bordure de mer, donc les tempêtes avec les embruns salés, je connais. J'ai déjà eu de l'escourgeon battu sur pieds, il ne restait que 3/4 grains sur l'épi . C'est pour cela que je suis assuré pour les aléas climatiques. Mais je n'aime pas le système, car l'assurance me demande un rendement visé, par exemple 90q, je cotise donc pour 90q mais lorsque j'ai un sinistre sur une parcelle, l'assurance me demande la moyenne sur toute la récolte plus à cela, il faut rajouter la franchise. A la fin on n'y gagne plus grand chose. »

Couvrir une interdiction d'irriguer 3 ans sur 5 ?

Le terrenaute ‘laitier desabusé’ s’interroge sur la manière dont cela se passera en cas de problèmes récurrents : « Je me demande si l'assurance couvrira l'interdiction d'irriguer 3 ans sur 5 par exemple... » Pour lui, il serait plus utile d’assurer une lisibilité sur les prix des produits des agriculteurs et des intrants : « Qu'on nous laisse adapter nos assolements et gérer les aléas climatiques comme on le fait depuis quelques milliers d'années ».

Retrouvez cette discussion sur le forum Terre-net, lien direct en cliquant ICI.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous