Commerce extérieur Hausse de l'excédent commercial agroalimentaire français en avril

AFP

L'excédent des échanges agroalimentaires français s'est accru en avril par rapport à avril 2017, la hausse des exportations étant supérieure à celle des importations.

L'excédent agroalimentaire a atteint 597 millions d'euros, soit 159 millions d'euros de plus qu'en avril 2017, a indiqué mardi Agreste, le service de statistique du ministère de l'agriculture.

Cette hausse résulte d'une augmentation des exportations de 320 millions d'euros par rapport à avril 2017 (+ 7 %), supérieure à celle des importations (+ 161 millions d'euros, + 4 %) le même mois. Pour les seuls produits agricoles bruts, le solde des échanges est excédentaire pour le quatrième mois consécutif, à 119 millions d'euros.

Cet indicateur, qui exclut les produits transformés de l'industrie agroalimentaire et prend en compte les seuls produits de l'agriculture, est en hausse de 262 millions d'euros par rapport à avril 2017, essentiellement en raison d'une progression des exportations céréalières et d'une diminution des importations d'oléagineux et de légumes.

En avril, les volumes de céréales exportés ont progressé de 0,7 million de tonnes pour le blé tendre, surtout vers les pays hors Union européenne (Maghreb et Arabie Saoudite). Les exportations d'orge et de maïs ont aussi augmenté de 0,3 million de tonnes sur un an.

La baisse des importations de graines oléagineuses, notamment de colza, est due à la « très bonne récolte 2017 », souligne Agreste. Idem pour les pommes de terre.

Côté produits transformés, l'excédent commercial diminue de 103 millions d'euros sur un an, à 477 millions d'euros. Dans ce domaine, la progression des exportations n'a pas suffi à compenser celle plus importante des importations, notamment de viandes et de produits à base de fruits et légumes, souligne Agreste. En avril, la France a importé pour 103 millions d'euros de viande bovine et en a exporté seulement pour 69 millions d'euros.

En cumulé sur les quatre premiers mois de l'année, la France aggrave son déficit commercial en matière de viande bovine, avec un déficit de 104 millions d'euros alors qu'il était de 88 millions d'euros sur la même période de 2017. Idem pour la volaille, avec un déficit commercial cumulé de 101 millions d'euros contre 86 millions un an avant. En revanche, le déficit commercial sur les produits préparés issus de la pêche, et sur les biscuits, pâtisseries, se réduit sur les quatre premiers mois de l'année par rapport à la période comparable de 2017.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous