Intempéries Inondations : l'Ile-de-France va aider les agriculteurs franciliens touchés

AFP

Paris, 6 juin 2016 (AFP) - La région Ile-de-France va aider les agriculteurs dont les exploitations ont été touchées par les inondations, via des aides financières, une aide au transport de fourrage pour nourrir les animaux et en demandant des dérogations européennes pour autoriser le fauchage des jachères.

Le secteur agricole « le plus lourdement impacté » par les inondations en Ile-de-France « est celui du maraîchage et de l'horticulture », précise lundi un communiqué de la Région, à l'issue d'une réunion de la présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse (Les Républicains) et de sa vice-présidente en charge de l'Agriculture, Anne Chain-Larché, avec les représentants agricoles franciliens. « Certaines exploitations ayant été submergées en totalité », la Région va « venir en aide aux exploitations dont la survie est en jeu » avec un dispositif d'aides financières (prêts, subventions, etc.) baptisé Rebonds, qui vient normalement en aide aux entreprises en difficulté, mais sera élargi « aux exploitations agricoles gravement touchées et supportant des pertes non assurables ». L'élargissement du dispositif sera proposé lors de la prochaine séance plénière, les 16 et 17 juin.

Pour les éleveurs, qui « vont très rapidement être confrontés à de grandes difficultés pour nourrir les animaux qui doivent être mis à l'abri » alors que les pâturages sont inondés, la Région va aussi participer à « la prise en charge du transport de fourrage » pour les éleveurs qui voudront en faire venir d'autres régions. Un bilan des intempéries sera fait lors d'une conférence régionale agricole en septembre, notamment concernant « les grandes cultures », sur lesquelles « l'impact des intempéries ne pourra être mesuré avec précision qu'au moment de la moisson, tant en qualité qu'en quantité ».

Valérie Pécresse demande par ailleurs au gouvernement « d'obtenir de la Commission européenne des dérogations pour autoriser le fauchage des jachères afin d'alimenter les animaux ». Elle estime en outre qu'il « n'est plus acceptable qu'une interprétation bureaucratique de la loi conduise les agriculteurs à payer des amendes lorsqu'ils entretiennent les fossés pour faciliter l'écoulement normal des eaux », et appelle à ce que « les dispositions nécessaires » soient prises « pour que les agriculteurs puissent effectuer ces tâches pour le bien commun ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous