Space 2014 La ferme des 1.000 vaches, « c'est bien » !

Afp

Rennes, 16 sept 2014 (AFP) - Vue du Space, un des plus grands salons de l'élevage au monde, la ferme polémique des 1.000 vaches en Picardie, « c'est bien » et, surtout, c'est l'avenir, avec la fin des quotas laitiers en 2015.

Tout le petit monde de l'élevage et de l'agro-industrie s'est donné rendez-vous au Salon international des productions animales (Space), qui se tient à Rennes jusqu'à vendredi. Et dans le hall 11, dédié au matériel de traite, la ferme des 1.000 vaches n'est pas un lointain projet picard. C'est d'abord un juteux client.

Olivier Marquet, directeur France du constructeur américain BouMatic accueille tout sourire sur son stand géant. « C'est nous qui avons fourni à Michel Ramery (le promoteur de la ferme géante) le carrousel de traite de 50 places », explique-t-il. « Vous voyez, les vaches, elles adorent. Il y en a en permanence 47/48 sur le manège et comme chaque vache a sa place, elles n'ont aucun stress ».

Michel Ramery, entrepreneur du Btp à la retraite mais issu du monde agricole, souhaite construire une ferme de 1.000 vaches prés d'Abbeville dans la Somme. Une entreprise qui rencontre une vive opposition des « paysans » de la Confédération paysanne, des riverains et des écologistes. Ils dénoncent le gigantisme de ce projet, qu'ils jugent dangereux pour l'environnement (nuisances olfactives, épandages) et contraire au bien-être des animaux, concentrés et élevés hors sol. Et l'arrivée ce week-end des 150 premières vaches a ravivé la tension sur place. Car une exploitation de 1.000 vaches serait inédite dans un pays où le troupeau laitier moyen est de 50 vaches.

Mais ce qu'Olivier Marquet préfère retenir, c'est la première traite : « ça a été exceptionnel. On a trait les 150 vaches en 50 minutes » et quand il y en aura 500, « ça prendra deux heures ». Un temps express !

A quelques stands de là, Julien Citerne porte bien son nom. Il est commercial pour le groupe mayennais Serap. Il vend des tanks aux éleveurs pour qu'ils refroidissent leur lait de 35 à 4 degrés entre la traite et la livraison au collecteur. Et lui aussi a vendu deux refroidisseurs de 30.000 litres à Michel Ramery. « On est fiers parce qu'on a réussi à s'adapter à sa demande d'avoir un refroidisseur plus grand et plus haut » que la moyenne qui est de 7.000 litres en France.

« Développer le business »

Et pour Julien Citerne ce modèle géant « a lieu d'être ». « C'est un moyen de pérenniser l'élevage laitier dans les zones de polyculture/élevage ou dans les régions céréalières », où les élevages disparaissent au profit de la culture de céréales comme en Picardie, estime-t-il. Mais pas de risque, selon lui, que ce genre de structures se développe dans des zones laitières dynamiques comme la Bretagne.

Tous expliquent qu'avec la fin des quotas laitiers en avril 2015, qui mettra fin à 30 ans de production encadrée en Europe, il faudra en passer par là pour rester la deuxième puissance laitière du continent derrière l'Allemagne. En Allemagne, en Espagne, il y a déjà des fermes de 1.000, 3.000 et même 4.000 vaches. « Avec la fin des quotas, on va tendre vers ce genre d'exploitations », argumente, passionné, un vendeur d'un équipementier d'étable français.

Lui, et ses confrères (dont l'un des patrons) préfèrent ne pas donner leurs noms ni celui de leur entreprise. « Vous comprenez, nous on vend aux petits comme aux grands et on ne veut froisser personne. » Pour eux, c'est sûr que Michel Ramery, qui a adossé à son exploitation un méthaniseur, « va gagner plus d'argent en vendant l'énergie qu'avec le lait ». Mais en même temps, « il sera mieux placé pour vendre le lait à un prix attractif » face aux concurrents étrangers, poursuit Pierre Maréchalle, Pdg de la Pme familiale éponyme qui propose cages et pèse-bétail. Basé « à 100 bornes » d'Abbeville, pour lui, la ferme des 1.000 vaches « c'est bien », « ça va maintenir dans le coin les abattoirs », « développer le business », même si, effectivement, « il comprend les craintes des riverains ». 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous