Guerres et climat La recette explosive d'une hausse de la faim dans le monde

AFP

Les conflits qui secouent de nombreux pays et le réchauffement climatique composent le cocktail explosif de la remontée récente de la faim dans le monde, a indiqué lundi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), à l'ouverture de sa conférence bisannuelle à Rome.

« Les nouvelles ne sont pas bonnes (...) Le nombre de personnes mal nourries dans le monde a augmenté de nouveau depuis 2015 » a déclaré le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, devant les États membres, cité dans un communiqué reçu à Paris.

Rappelant la situation de famine déclarée en début d'année au Soudan du sud, José Graziano da Silva a rappelé que 19 pays dans le monde sont actuellement en situation de « crise prolongée », frappés par des conflits internes « souvent conjugués à des événements climatiques extrêmes tels que des sécheresses et des inondations ».

Actuellement, selon la FAO, « près de 60 % des personnes affectées par la faim sont confrontées » à un ou des conflits ainsi qu'au phénomène de réchauffement climatique, selon José Graziano da Silva. Beaucoup sont en Afrique : il existe un risque élevé de famine dans le nord-est du Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, avec 20 millions de personnes gravement affectées.

« Les conflits et la sécheresse, c'est le pire des scénarios pour la sécurité alimentaire » a-t-il souligné, car les personnes touchées sont essentiellement « issues de zones rurales » et ne font qu'« augmenter les chiffres de la migration de détresse » et des réfugiés. « Les populations vulnérables ne peuvent être laissées pour compte, en particulier les jeunes et les femmes » a-t-il ajouté.

Le directeur général de la FAO s'exprimait à l'occasion de la Conférence de la FAO ouverte lundi jusqu'au 8 juillet, le plus important organe directeur de l'organisation, chargé de voter le programme de travail et son budget et de déterminer les domaines d'action prioritaires liés à l'alimentation et à l'agriculture.

Achim Steiner, qui pendant une décennie et jusqu'en 2016 a dirigé le Programme des Nations Unies pour l'Environnement, a souligné le rôle particulièrement important de l'agriculture dans la lutte contre les famines, même si ce secteur ne représente que 4 % du PIB mondial.

« Des politiques inadéquates et un manque d'attention budgétaire dans un secteur affecté par des niveaux élevés de gaspillage et par l'érosion des ressources naturelles, reflètent une "stratégie à haut risque" » a-t-il dit.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous