Accord de libre échange La Tunisie et l'UE veulent conclure leur accord de libre échange en 2019

AFP

La Tunisie et l'UE veulent conclure leur accord de libre-échange en 2019, a déclaré mardi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en recevant à Bruxelles le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed.

Les négociations entre l'Union et ce pays du Maghreb pour un accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca) ont démarré officiellement en octobre 2015, malgré des réticences de la part de certains économistes tunisiens, qui craignaient notamment une libéralisation à marche forcée de l'économie tunisienne. Youssef Chahed a quant à lui insisté sur « l'importance de la progressivité » pour cet accord. « Il y a une asymétrie économique entre la Tunisie et l'UE, nous ne sommes pas au même niveau de développement, mais cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas coopérer », a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse commune avec Jean-Claude Juncker. « À la fin du mois de mai, nous allons établir les principes sur lesquels doivent reposer cet accord », a-t-il ajouté. À l'occasion de la visite de Youssef Chaheb, l'UE a fait un pas vers la Tunisie en acceptant d'augmenter le quota d'exportations d'huile d'olive tunisienne vers l'Union, en dépit des réticences de certains pays européens (Italie, Grèce, par exemple) producteurs de ce produit. « 30 000 tonnes d'huile d'olive supplémentaires vont être commercialisées dans l'UE », s'est félicité Youssef Chaheb, qui accueillera Jean-Claude Juncker en Tunisie pour une visite officielle les 23 et 24 juillet prochain. La Tunisie est le 2e producteur mondial d'huile d'olive après l'Espagne. Sa production devrait être de 240 000 tonnes en 2018 et l'UE est son principal débouché à l'export avec 56 000 tonnes.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous