Assolements 2018 Léger recul pour les surfaces en céréales à paille

CLG Terre-net Média

Selon Agreste, le service statistique du ministère de l'agriculture, les surfaces en céréales à paille affichent un léger recul en 2018. Concernant celles en betteraves industrielles, le haut niveau atteint en 2017 se confirme cette année. Quant à la sole de colza ayant subi un net recul l'année dernière, elle remonte au niveau des campagnes antérieures.

ChampsAgreste indique un recul des surfaces en céréales à paille de 0.7 %.  (©Mike Mareen/Fotolia)

Au 1er avril, Agreste estime un léger recul des surfaces en céréales à paille par rapport à 2017 (- 0,7 %), ainsi qu’à la moyenne 2013-2017 (- 0,6 %). Ces céréales (hors riz, mélanges et céréales mineures) couvriraient ainsi 7,6 millions d’hectares en 2018. Seul le blé tendre présenterait un léger développement, face à une stagnation ou une diminution globale des surfaces.

Dans le quart nord-est de la France, Agreste estime l'état des cultures « globalement moins bon que l'année passée ». Après avoir diminué en 2017, la sole de colza augmente cette année de 6,4 %. Le niveau élevé des surfaces de betteraves industrielles atteint après la fin des quotas sucriers se confirme cette année.

Blé tendre : stabilisation des surfaces

Tandis que le blé tendre se stabiliserait juste en dessous des 5 millions d’hectares cette année (+ 0,2 % sur un an), il enregistrerait tout de même un recul de 1,5 % par rapport à la moyenne 2013-2017.

Blé dur : en légère baisse

La sole de blé dur diminuerait pour sa part de 1,8 % en 2018, atteignant ainsi 364 milliers d’hectares. Ce phénomène toucherait particulièrement les principales régions productrices : « - 0,4 % en Midi-Pyrénées, - 2,9 % dans le Centre, - 3,4 % en Languedoc-Roussillon ».

Orge : recul des surfaces

Avec près de 1,85 millions d’hectares, l’orge reculerait de 2,8 % en 2018. Notamment, les surfaces d'orges d’hiver seraient les plus impactées (- 3,5 %) par rapport à celles de printemps (- 1,0 %). La Lorraine (- 9,8 %) et la Bourgogne (- 9,6 %) sont ainsi les régions présentant le plus de variations sur un an.

Colza : remontée au niveau des campagnes antérieures

Pénalisée par la sécheresse lors du semis 2016, la sole de colza retrouverait en 2018 le niveau des campagnes antérieures. Elle augmenterait en effet de 6,4 % sur un an, jusqu’à atteindre 1,5 million d’hectares.

Protéagineux : baisse de la sole

En moyenne, les surfaces en protéagineux reculeraient à 296 milliers d’hectares (- 1,2 %). Ce constat est toutefois contrasté : tandis que la féverole progresserait de 6,1 %, les pois protéagineux reculeraient quant à eux de 3,7 %.

Pommes de terre : hausse des pommes de terre de conservation et de semi-saison

Sur un an, la sole de pommes de terre de conservation et demi-saison augmenterait de 2,5 %, enregistrant de ce fait une progression de 13,1 % par rapport à la moyenne 2013-2017.

Betteraves industrielles : stabilisation au haut niveau atteint en 2017

Enfin, le haut niveau atteint au 2017 sur les betteraves sucrières se confirmerait de nouveau cette année.  Grâce à la fin des quotas sucriers dans l’Union européenne au 30 septembre 2017, la betterave représente aujourd’hui près de 483 milliers d’hectares. Du fait d’une importante pluviométrie en mars qui a retardé les semis, une légère régression est observée par rapport à la campagne précédente (- 0,6 %), mais, plus globalement, une progression de 16,4 % a eu lieu sur la moyenne 2013-2017.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous