Midi-Pyrénées Les agriculteurs contre l'extension des zones vulnérables aux nitrates

Afp

Toulouse, 9 avr 2015 (AFP) - Les agriculteurs de Midi-Pyrénées avaient appelé jeudi soir à une mobilisation contre l'extension des « zones vulnérables » aux nitrates dans la région, une révision « sans aucune justification scientifique crédible », selon les deux syndicats mobilisés.

A l'appel du syndicat des Jeunes agriculteurs et de la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (Frsea), près de 150 agriculteurs se sont rassemblés jeudi dans les Hautes-Pyrénées. La nouvelle révision de la carte des zones vulnérables, mise en place pour lutter contre les pollutions aux nitrates, provoque une nouvelle fois la colère des agriculteurs de Midi-Pyrénées. « Nous sommes la région la plus touchée par la hausse du zonage », a indiqué à l'Afp le président de la Frsea Midi-Pyrénées, Lillian Lasserre.

Les deux syndicats ont dénoncé dans un communiqué commun une définition « dogmatique » du nouveau périmètre qui « sape notre activité sans aucune justification scientifique crédible ». « Nous ne revendiquons certainement pas un droit à polluer (...) mais nous sommes convaincus que pour agir efficacement il faut zoner les territoires menacés », a ajouté Lillian Lasserre.

A la demande de la Commission européenne, qui jugeait insuffisantes les mesures françaises contre la pollution des eaux par les nitrates, la France avait abaissé de 50 mg/l à 18 mg/l d'eau le seuil au-delà duquel une zone est « vulnérable ». Mais les agriculteurs estiment que ce seuil ne repose « sur aucun fondement scientifique sérieux ». Ils contestent aussi la méthode utilisée, qui crée, selon eux, « des distorsions de traitements criantes entre agriculteurs ».

Ainsi, l'interdiction de l'épandage de tout engrais synthétique ou naturel (déjections animales) dans les zones vulnérables « entre mi-septembre et février va contraindre les éleveurs à investir pour augmenter fortement leur capacité de stockage », a regretté Guillaume Darrouy, secrétaire général des Jeunes agriculteurs de la Haute-Garonne. Fin mars, le préfet de Midi-Pyrénées avait accepté de réduire d'un tiers la taille des nouvelles zones vulnérables dans le bassin Adour-Garonne, après les manifestations répétées dans le Sud-Ouest à l'automne dernier.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous