Climat Les agriculteurs de Terrena ont économisé plus de 18 000 tonnes de CO2 en 2015

Terre-net Média

Le dispositif AgriCO2, une série d’actions techniques proposées par la coopérative Terrena à ses 22 000 agriculteurs adhérents, a permis cette année de réduire les émissions de CO2 de 18 200 tonnes.

« Depuis 2008, Terrena a investi plus de 20 millions d'euros pour proposer à ses adhérents de nouvelles solutions innovantes plus respectueuses de l’écosystème et du bien-être des animaux. Parmi celles-ci figure AgriCO2, un dispositif dans lequel ont choisi de s’engager 2 800 agriculteurs à ce jour, et qui leur permet de quantifier et valoriser les économies de CO2 réalisées dans leur propre exploitation. »

AgriCO2 comprend sept actions techniques référencées dans une étude Inra réalisée avec l’appui de l’Ademe et de l’association Bleu Blanc Coeur : 

  • une réduction jusqu’à - 20 % des rejets de méthane des vaches laitières grâce à une alimentation au lin riche en omégas 3 ;
  • une réintroduction de légumineuses à graines (pois, féverole et lupin) pour repasser à 7 % des surfaces (contre 3 % actuellement), soit un gain annuel de 1,4 million de tonnes d’équivalent CO2 en 2030 pour l’agriculture française ;
  • la réduction de 20 % de la consommation de carburant grâce à la formation à l’éco-conduite des tracteurs ;

  • la mise en place de haies autour des parcours des volailles label ;
  • le remplacement des cultures à forte demande d’engrais azoté (céréales/colza) par celle du lin ;

  • le développement des couverts végétaux avec légumineuses et/ou à cycle long, permettant de réduire la fertilisation azotée de la culture suivante ;

  • la réduction de la teneur en protéines des rations des porcs, limitant les teneurs
    en azote des effluents et les émissions de N2O.

En 2015, ces actions menées par 2 800 agriculteurs ont permis d'économiser 18 200 tonnes de CO2.

Julien Frémont, producteur de lait à Casson (Loire-Atlantique) participe à ce dispositif. Il a réduit de 20 % le méthane émis par ses 50 vaches laitières : « En substituant dans la ration une partie des glucides par des acides gras polyinsaturés, que l’on trouve par exemple dans l’herbe pâturée, la luzerne ou la graine de lin (les fameux Omega 3), j’ai obtenu une meilleure santé de mes vaches, une meilleure production laitière et un moindre rejet de méthane qui représente cette année une économie de 24 tonnes de CO2. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous