Barrage de Sivens Les agriculteurs protestent contre la suspension des travaux

Afp

Albi, 18 déc 2014 (AFP) - Quelque 200 agriculteurs du Tarn et du Tarn-et-Garonne, majoritairement tarn-et-garonnais, ont lancé jeudi matin des actions contre le blocage du projet de barrage de Sivens, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

La manifestation est partie de Saint-Nauphary, dans le Tarn-et-Garonne, à moins d'une quarantaine de kilomètres de Sivens, jusqu'à Mongaillard (Tarn) où ils ont jeté du lisier avant de repartir déjeuner à Saint-Nauphary. Sur leurs tracteurs, des banderoles affichaient : « Ségo girouette, zadiste djihadiste, paysans en colère ». Ils sont ensuite repartis vers Sivens avec la ferme intention d'arriver vers 15h à la maison forestière pour y chanter la Marseillaise face aux quelque 60 à 100 zadistes qui se sont installés sur le site, selon la même source.

Le lieutenant-colonel Renier, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn, a précisé à l'Afp que les manifestants « n'auront pas le droit d'accéder à la maison forestière du fait d'un arrêté du conseil général qui en interdit l'accès ». « De plus, a-t-il ajouté, notre mission est de sécuriser et d'éviter tout affrontement direct » entre les deux parties. Sur place, un renforcement de « 250 gendarmes : 3 escadrons de gendarmes mobiles et une cinquantaine de gendarmes départementaux » devait maintenir la sécurité, a-t-il indiqué.

Le projet a été suspendu peu après la mort le 26 octobre de l'écologiste Rémi Fraisse, tué au cours d'affrontements sur le site par une grenade offensive lancée par les gendarmes. Le projet de retenue d'eau, de seulement 1,5 million de mètres cubes sur une emprise totale de 48 hectares, oppose depuis des années les écologistes au maître d'ouvrage, le Conseil général du Tarn. Celui-ci fait valoir que la retenue est nécessaire à l'alimentation en eau des agriculteurs locaux et que le projet a été voté par 43 des 46 conseillers généraux. Mais la Commission européenne, qui devait soutenir le projet financièrement, a annoncé le 26 novembre l'ouverture d'une procédure d'infraction contre la France pour non respect de la législation européenne, concernant notamment les risques de « détérioration de l'état écologique de la masse d'eau » que le projet risque d'entraîner. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous