Réchauffement climatique Les risques entrevus pour l'agriculture française

Afp

Stagnation des rendements, moindre production laitière, invasions d'indésirables : l'évolution du climat anticipée par les experts de l'Onu se traduira par plus d'inconvénients que d'avantages pour l'agriculture française, qui commence déjà à revoir ses pratiques.

Dans son dernier rapport publié lundi à Tokyo, le GIEC, groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat, confirme des risques de réduction de la production agricole mondiale, notamment du blé dont la progression des rendements est déjà entravée de 2 % par décennie (1 % pour celle du maïs), au moment où la demande mondiale augmente.

A lire la série spéciale sur le réchauffement climatique : 

Et vous, quelle stratégie adopterez-vous pour continuer à produire demain ?

En France, le thermomètre a gagné 1,5°C en un siècle, conduisant à avancer les dates des semis et des récoltes. Or, pour l'ensemble de l'Europe, les projections annoncent « le renforcement de fréquence et d'intensité des épisodes de sécheresse et de canicule sur une bonne partie du continent », indique Jean-François Soussana, directeur scientifique "Environnement" de l'INRA (Institut national de recherche agronomique) membre du GIEC.

En 2003, la sécheresse et la canicule avaient déjà provoqué une perte des récoltes de 20 à 30 %. « Il faudra peut-être songer à troquer le maïs pour le sorgho, à condition d'en améliorer la qualité, pour éviter de trop recourir à l'irrigation dont les besoins vont augmenter si on conserve le système actuel », prévient-il, citant la baisse attendue du niveau des nappes phréatiques et de l'étiage des fleuves. Ce qui n'empêche pas le risque accru d'inondations, comme cette année en Angleterre et au Pays de Galles.

Les dates de vendanges ont déjà gagné trois semaines à un mois par rapport aux dates traditionnelles. Et les chercheurs de l'INRA à Gruissan (Aude), au pied des Corbières, ont constaté que le réchauffement faisait prendre aux raisins un degré d'alcool par décennie - près de 3° en 30 ans : « D'ici la fin du siècle, reprend Jean-François Soussana, certains cépages comme le pinot noir en Bourgogne ne pourront plus être produits dans cette région. Mais si on doit adapter les cépages, il va falloir modifier les cahiers des charges des appellations contrôlées ».

Des poules sans plumes

L'élevage aussi devra s'adapter : comme tous les mammifères, une vache produit plus de chaleur quand elle mange donc tend à se restreindre s'il fait chaud, réduisant sa production laitière. « On l'a vu aux Pays-Bas dès 20° sur des animaux très productifs, mais aussi sur des porcs : les gros animaux souffrent dès 21°. » Jean-François Soussana s'inquiète aussi de l'émergence de certaines maladies comme la fièvre catarrhale ovine, véhiculée par le moucheron culicoïde, qui s'est répandu en Europe depuis la Méditerranée. Ou la maladie de Lyme, transmise par les tiques.

A l'inverse, relève Stéphane Ingrand, spécialiste des systèmes d'élevage à l'INRA de Clermont-Ferrand, « si le réchauffement peut s'avérer pénalisant en région Méditerranée, il serait bénéfique aux fourrages en zones de moyenne montagne ». Quitte à devoir s'adapter à une disponibilité plus précoce et prolongée à l'automne. « Il faudra sans doute adapter le calendrier des vélages pour en profiter », juge Stéphane Ingrand. Pour les bovins, l'INRA conduit déjà des travaux tendant à montrer que la bonne réponse au réchauffement serait de maintenir la « diversité au sein du troupeau, chaque individu ayant sa propre réponse face au stress » dit-il.

Pour les volailles, les chercheurs étudient des variétés plus tolérantes à la chaleur : par exemple, explique Anne Collin à l'INRA de Tours, en favorisant des variétés génétiques à plumes frisées ou cou-nu (sans plumes) à l'instar des Israéliens, qui sont allés jusqu'à des poules sans plumes. « Une étude a montré qu'à 32°C, la croissance d'un poulet de chair était réduite de 30 % et la production d'œufs de 20 % », indique la chercheuse.

L'autre piste, poursuit-elle, est de sélectionner les individus capables d'une meilleure autorégulation de leur température interne, déterminée par une surveillance infra-rouge des zones sans plumages comme la crête, les pattes et la face. Cette option est encore expérimentale, précise la chercheuse. 

Agriculture et changement climatique

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous