Négoce agricole Louis Dreyfus améliore son bénéfice en 2017 après une cure d'amaigrissement

AFP

Le groupe de négoce agricole Louis Dreyfus Company (LDC) a amélioré de 4 % son bénéfice net en 2017, à 317 millions de dollars, après une série de cessions d'activité dans les engrais et les métaux.

Au cours de l'exercice 2017, LDC a réalisé un chiffre d'affaires net de 43 milliards de dollars contre 40,6 milliards en 2016, indique dans un communiqué le groupe familial basé à Rotterdam aux Pays-Bas, et non côté en Bourse. Ces montant excluent le chiffre d'affaires des activités Métaux, en cours de cession à des investisseurs chinois, en 2017 (12,4 milliards de dollars) et en 2016 (9,2 milliards).

En 2017, l'excédent brut d'exploitation Ebitda s'est élevé à 932 millions de dollars en 2017, en hausse de 12,3 % sur un an. Gonzalo Ramirez Martiarena, PDG du groupe, s'est félicité de la « croissance de 5 % » des volumes de marchandises transportés, alors qu'ils étaient restés stables en 2016. La croissance du chiffre d'affaires du groupe recentré est due à l'augmentation des volumes dans les oléagineux et un « bon niveau d'activité » dans les céréales, le fret, et le riz, indique le communiqué en précisant que l'activité avait aussi été soutenue par le contexte de croissance des prix du café et du coton.

« Cette croissance régulière traduit l'impact positif de notre stratégie sur la performance globale du groupe », qui consiste à se recentrer sur ses principales activités dans les oléagineux et les céréales, a précisé Gonzalo Ramirez Martiarena. « Nous avons cédé nos opérations d'intrants et engrais en Afrique, signé la vente des nos activités australiennes dans le même secteur, et nous sommes en train de vendre nos activités Métaux très performantes » a-t-il détaillé. « Ces ventes vont nous permettre d'investir et de continuer à bâtir la réussite de nos activités principales », a-t-il ajouté en précisant que la stratégie d'investissement du groupe allait porter majoritairement sur « les innovations technologiques qui amélioreront l'efficacité et la durabilité » de l'activité.

En janvier, Louis Dreyfus Company a notamment confirmé que le groupe avait réalisé en novembre 2017 la première livraison de matières premières agricoles en utilisant la technologie blockchain, en partenariat avec la banque française Société Générale et les deux néerlandaises ABN Amro et ING.

Concernant son retrait du secteur du commerce des métaux, où il était numéro trois mondial derrière Glencore et Trafigure, Louis Dreyfus Company avait annoncé le 22 décembre avoir trouvé un accord avec le fonds chinois NCCL (Natural Resources Investment Fund), en lien avec deux autres partenaires, le fonds Axam Asset Management basé à Shenzhen et la société minière China Molybdenum Co, côtée sur les Bourses de Hong Kong et de Shanghai, qui exploite notamment des mines de cuivre et de cobalt en République démocratique du Congo. Le prix de cession de cette activité, qui emploie 250 personnes dans une quinzaine de pays, est de 450 millions de dollars US. La vente devrait être bouclée à la mi-2018.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous