« Zad » d'Agen Manuel Valls interpellé par des élus pour annuler le projet de technopole

Afp

Agen, 26 fév 2015 (AFP) - Des élus et représentants syndicaux et associatifs ont demandé au Premier ministre Manuel Valls d'annuler un projet de technopole près d'Agen, qui menace, selon eux, près de 500 hectares de terres agricoles « hautement fertiles et irriguées », ont-il annoncé jeudi dans un communiqué.

Depuis mi-décembre, une vingtaine de « zadistes » (ndlr : les occupants d'une "Zone à défendre" comme celles du futur nouvel aéroport de Nantes et d'un projet de barrage à Sivens, dans le Tarn) occupent le site retenu pour la future Technopole Agen Garonne (Tag), situé sur la commune de Sainte-Colombe-en-Bruilhois, pour protester contre le projet devant s'étendre sur 215 hectares à l'horizon 2020.

Dans un courrier, signé par une quarantaine d'élus, locaux et nationaux (Eelv, Pcf, PS, Front de Gauche, Nouvelle Donne), dont dix députés, le collectif demande au Premier ministre « d'annuler le projet de zone industrielle porté par l'Agglomération d'Agen qui menace près de 500 hectares de terres agricoles hautement fertiles et irriguées ».

Selon les signataires, l'Agglomération d'Agen entend démarrer les travaux dès 2015 malgré l'annulation le 10 février par le Tribunal administratif de Bordeaux du plan local d'urbanisme (Plu) de Sainte-Colombe-en-Bruilhois « pour défaut de concertation ». « Face à cette tentative de passage en force », le collectif demande à l'État « d'intervenir d'urgence » pour annuler le projet et la déclaration d'utilité publique (Dup) qui l'accompagne. Car, selon les signataires, les travaux auraient « pour conséquence de détruire directement 220 hectares de sols de première qualité agronomique ». « L'impact total est évalué entre 400 et 600 hectares selon les scénarios », affirment-ils, ajoutant qu'« en plus d'être hautement fertiles, ces terres alluviales sont irriguées par une nappe souterraine de première importance ». « Bétonner un tel site agricole est donc un non-sens absolu ».

Parmi les signataires figurent plusieurs représentants écologistes : Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale Europe-Ecologie-Les-Verts, la députée Eelv et ex-ministre Cécile Duflot, l'eurodéputé José Bové, Noël Mamère (indépendant), Corinne Le Page (Cap21-Rassemblement Citoyen). Autres signataires : Eric Coquerel, coordinateur politique national du Parti de Gauche, Jean-Luc Benahmias (Front démocrate), ainsi que plusieurs syndicats, Ong et associations de défense de l'environnement.

Le maire d'Agen et président de l'Agglomération, Jean Dionis du Séjour (Udi), avait estimé le 11 février dans un communiqué que la décision du tribunal administratif de Bordeaux sur le Plu de Sainte-Colombe était « sans conséquences » sur le projet « qui bénéficie d'une déclaration d'utilité publique (Dup) depuis avril 2014 »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous