En bref… Sommet du végétal « Embrouille » sur les marchés à terme

Terre-net média

Durant l’une des tables rondes du Sommet du végétal, mercredi 21 janvier 2009, une « bataille » entre économiste, directeur général et agriculteurs sème le doute.

Le marché à terme : on en parle beaucoup

Plein de questions se posent auxquelles nous allons répondre avec l’expérience de Pascal Van de Weghe, un agriculteur utilisateur.

Pour en savoir plus, cliquer ICI.

Lors de l’habituelle ouverture des débats à la salle, deux voire trois agriculteurs se sont « révoltés » contre les recommandations de certains à inciter à l’utilisation des marchés à terme. Argument évoqué : ils créent la volatilité des marchés, incitent à la spéculation (élément responsable de l’actuelle crise financière) et donc déconnectent le marché physique des réalités.

Pour l’économiste Philippe Chalmin, les marchés à terme ne sont pas seuls responsables de cette volatilité, prenant comme exemple le marché du riz qui connaît des variations importantes et le prix du lait beurre/poudre. L’économiste ajoute : « Même si cela peut être choquant, plus il y a de spéculateurs et plus les marchés à terme sont efficients ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous

Terre-net média