Barrage de Sivens « Nouveau dialogue » relancé dans un « esprit d'écoute »

Afp

Albi, 13 nov 2014 (AFP) - Le groupe de travail chargé par Ségolène Royal d'étudier des « solutions alternatives » au barrage contesté de Sivens (Tarn) a démarré jeudi à Albi, « un nouveau dialogue » dans un « esprit d'écoute », ont indiqué les experts qui le président.

« L'esprit d'écoute a largement présidé » à la première réunion à la préfecture du Tarn, a assuré un des deux experts chargés de mener ces travaux, Nicolas Forray, lors d'une conférence de presse. La mission avait été diligentée par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal le 4 novembre, neuf jours après la mort d'un opposant au projet, Rémi Fraisse, 21 ans, tué par une grenade offensive de la gendarmerie lors d'affrontements avec les forces de l'ordre sur le site de Sivens.

La réunion, qui a duré environ trois heures, a regroupé les pro et antibarrage : le collectif d'opposants « pour la sauvegarde de la zone humide du Testet », détruite par le chantier, ainsi que les représentants des conseils généraux du Tarn et du Tarn-et-Garonne et des deux Chambres d'agriculture départementales. Les discussions ont été « extrêmement ouvertes », a dit le second expert présidant les travaux, Pierre-Alain Roche. « C'est déjà un immense succès », a-t-il assuré.

Cette première réunion, qui doit être suivie de trois autres avant Noël, n'a fait qu'aborder la méthode de travail. « Un accord a été obtenu » sur la volonté d'aboutir à « un projet de territoire pour l'agriculture » locale, a expliqué Nicolas Forray. Les ingénieurs des eaux et des forêts n'ont pas répété les mots de Ségolène Royal, qui avait dit vouloir des « solutions alternatives », lorsqu'elle avait mis en place ce groupe de travail. Le projet de barrage n'est « pas enterré », a averti Pierre-Alain Roche. « Notre objectif est d'arriver à un panel de solutions et de faire en sorte que le débat soit rouvert », a-t-il ajouté. « Le défi est immense », a reconnu Nicolas Forray, annonçant que la « décision finale reviendra de toute façon aux maîtres d'ouvrage », c'est-à-dire le département, porteur de ce projet public.

« Nous sommes satisfaits », a cependant déclaré à l'issue de la réunion le porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, Ben Lefetey. « Il y a une volonté de continuer le dialogue », s'est-il félicité. Mais Ben Lefetey a maintenu son refus du barrage. « On a toujours dit qu'on ne l'accepterait pas. Mais l'ensemble des possibilités est maintenant étudié, y compris les solutions des associations » environnementales, a-t-il déclaré. Didier Houlès, vice-président divers-gauche du conseil général du Tarn, présent à la réunion, a lui aussi loué « la bonne volonté » des parties prenantes aux discussions. « Je souscris à la façon de travailler, en sortant des passions et des émotions. Il faut retrouver les voies du dialogue », a ajouté cet élu pro-barrage. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous