Barrage de Sivens Nouveau piratage de sites internet du Tarn par les opposants au projet

Afp

Toulouse, 20 nov 2014 (AFP) - Une trentaine de sites internet du Tarn sont inaccessibles depuis une semaine à la suite d'une nouvelle attaque menée par le collectif de hackers "Anonymous" pour protester contre le projet de barrage de Sivens, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Cette attaque informatique, la deuxième en deux mois, remonte au jeudi 13 novembre : elle a visé trois sites du Conseil général du Tarn, maître d'œuvre du projet de barrage contesté, a indiqué une source au sein de l'assemblée départementale. Les équipes techniques du département ont dû couper le serveur hébergeant ces trois sites, ce qui a entraîné la fermeture de facto des autres sites abrités par ce même serveur, une trentaine au total. Le site des archives du Tarn, l'un des plus fréquentés du département, ceux dédiés aux musées du département ou encore aux « zones humides » sont ainsi inopérants et portent la mention : « Suite à de nouveaux piratages, nous sommes contraints de fermer certains sites internet du Département. Nous mettons tout en œuvre pour pouvoir les remettre en ligne dans les meilleurs délais. »

Les pirates, qui sont parvenus à contourner les mesures de sécurité mises en place après la première attaque, ont de nouveau accompagné leur attaque d'une vidéo dans laquelle apparaît un personnage portant le masque des "Anonymous" tandis qu'une voix off égrène les arguments des opposants au projet. Cette vidéo est la même que celle mise en ligne lors de la première attaque le 21 septembre. Les pirates informatiques y appelaient à la mobilisation sur le site près de Gaillac (Tarn) tout en avertissant : « si personne ne vient pour aider, il ne faudra pas s'étonner de voir les quelques résistants user de la violence en dernier recours. » Cette vidéo était antérieure de plus d'un mois au décès du jeune militant écologiste, Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive lancée par les gendarmes lors d'affrontements dans la nuit du 25 au 26 octobre.

Le projet de retenue d'eau est désormais suspendu sur décision du Conseil général du Tarn et fait l'objet de discussions entre les parties sous l'égide du ministère de l'Écologie. La commission européenne enquête actuellement sur la régularité du projet au regard de plusieurs directives européennes et pourrait lancer une procédure d'infraction la semaine prochaine. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous