Paroles de lecteurs L'amélioration de la conjoncture de l'agroéquipement, un trompe l'oeil ?

Terre-net Média

L'Agritechnica, l'un des plus grands salons mondiaux du machinisme agricole, ouvre ses portes dans quelques jours, présentant dans ses halls d'exposition des machines aux dimensions toujours plus impressionnantes. De leur côté, les syndicats de constructeurs prévoient de meilleurs résultats pour cette fin d'année 2019. Pour les lecteurs de Terre-net, la réalité est bien différente. Selon eux, les fabricants vivent « dans une grande aisance financière », pratiquent des prix exorbitants et sont de plus en plus déconnectés du terrain. Et peu importe si leurs clients sont en surendettement à cause, principalement, de prix agricoles trop bas.

paroles lecteurs conjoncture agroequipements« Facile d'augmenter le prix des engins agricoles pour maintenir ou accroître son chiffre d'affaires ! », lance Terminé. (©Terre-net Média) 

Hub : « Ah bon, 2019 une bonne année pour les vendeurs de matos neufs !! Bonne nouvelle, c'est que l'agriculture ne se porte pas si mal contrairement à ce que racontent certains "chouineurs de service". »

Professeur tournesol : « Que le monde de la ferraille en profite ! Ça ne va pas durer ou sinon, c'est que les agriculteurs sont idiots ou inconscients. Ceux qui achètent des tracteurs de 100 000 €, paient 15 000 à 35 000 € cash à leur concessionnaire, en leur offrant même parfois la reprise, sont les premiers à se plaindre de ne pas y arriver. »

steph72 : « Il n'y a qu'à voir le prix d'un tracteur neuf ! Les annuités dépassent le revenu de l'exploitation ou représentent le tiers de l'EBE.(...) »

Augmenter le chiffre d'affaires, ça ne veut rien dire...

titian : « En réalité, Hub, les constructeurs de machines agricoles sont contents alors qu'ils font juste progresser leurs chiffres d'affaires de vente en augmentant les tarifs. Mais il y aura vite une limite à l'endettement des agriculteurs, même avec des taux d'intérêts aussi bas aujourd'hui. »

Retrouvez le précédent point de l'Axema d'avril 2019 :
Nouvelle hausse du secteur attendue en 2019

Terminé : « Le chiffre d'affaires n'a jamais été un indicateur de bonne santé économique... (...) Facile d'augmenter le prix des engins agricoles pour maintenir ou accroître son chiffre d'affaires ! L'analyse des fabricants de matériel agricole est incomplète, voire ridicule !! » 

Réaliste : De toute façon, les paysans ne sont que des chéquiers sur pattes ! (...)

Des matériels low-cost aussi performants

Patrice Brachet : « Notre déchaumeur à disques indépendants étant fatigué, nous avons voulu racheter le même. Il était devenu inabordable ! Nous nous sommes donc tournés vers des matériels agricoles low-cost. Nous avons trouvé un 4 m repliable pour 6 000 € de moins, 2 t de ferraille en plus et une bonne finition. Son seul défaut : il pèse 5 t ! Par contre, cet été, rien ne lui a résisté ! (...) Pour les tracteurs, c'est pareil. Un 150 ch low-cost coûte 40 000 € de moins qu'un modèle de grande marque de même puissance et des fois, il est garanti cinq ans avec un niveau d'équipement et de confort souvent équivalent. »

titian : « Les "grandes marques" profitent de leur réputation... »

Le vrai problème : les prix dérisoires des produits agricoles

Pipo : « L'agriculture serait donc le seul secteur qui n'aurait pas le droit d'investir, d'innover ou simplement de renouveler son parc matériel ?! Déjà qu'elle est privée de vacances, de salaire, etc. Le problème ne vient ni de ceux qui vendent les machines, ni de ceux qui les achètent, mais du prix de vente des productions agricoles !! »

Terminé : « Une chose est sûre en effet : ce bilan de la filière "agroéquipement" n'est pas du tout en adéquation avec la conjoncture des prix agricoles. Nous sommes en plein délire ! Le secteur du machinisme agricole, qui vit dans une aisance proche de l'indécence, s'éloigne de plus en plus du monde qui travaille la terre. Il est complètement aveugle face à la triste réalité et fait dire n'importe quoi aux chiffres... »

steph72 : « Même chose pour le reste des appros et services : les tarifs grimpent, peu importe l'état financier des clients. Les agriculteurs sont pris en étau, entre des prix agricoles bas et des charges bien trop élevées. »

« Attention à la surenchère et au surinvestissement »

paysan89 : « L'investissement dans le matériel agricole est délirant : aucune industrie ne pourrait se permettre une telle façon de penser son outil de travail. Le niveau de suréquipement est insensé et les prétextes pour le justifier ne tiennent pas la route. Bien sûr, la fiscalité agricole n'est pas adaptée, bien sûr les surfaces cultivées augmentent et les fenêtres d'intervention se réduisent, bien sûr la volonté d'avoir un outil de production fiable est louable, mais attention cela conduit à une surenchère en termes d'équipement et au surendettement. Lorsqu'on achète une machine, l'affectif rentre certes en ligne de compte, la technique aussi, mais le raisonnement doit surtout se baser sur l'impact financier. (...) Une fois la décision prise, il faut en assumer les conséquences et ne pas faire porter la responsabilité à la société, aux prix, à la météo, etc. Investir doit rapporter, si ce n'est pas le cas, il faut vite se remettre en question. Paysan pendant des décennies, j'ai fait des erreurs d'investissement par excès de confiance, mauvais conseil, retournement de conjoncture, etc., mais je n'ai jamais reporté la faute sur les autres. Aujourd'hui, on veut la liberté d'entreprendre, en toute sécurité, c'est incompatible ! »

titian : « Très juste, à une nuance près : je ne suis pas certain malgré tout que les autres professions soient restées bloquées au confort de la 4L fourgonnette... »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous