Paroles de lecteurs Un pic de commentaires sur la dépollution des cours d'eau

Terre-net Média

77 commentaires en quatre jours : le Paroles de lecteurs en réaction à la proposition d'UFC-Que Choisir de faire payer la dépollution des cours d'eau aux agriculteurs occupe, pour l'instant, la troisième marche du podium des Paroles de lecteurs les plus commentés, juste derrière celui sur la ferme des mille veaux (78 commentaires) et celui sur l'agriculture bio (79 commentaires). Il se hisse, pour le moment, à la 14e place du top des articles les plus commentés sur Terre-net et Web-agri. Qui sait si ce classement ne va pas encore changer d'ici quelques jours car les commentateurs semblent insatiables...

paroles lecteurs depollution cours d eau tres commente « OK pour financer la dépollution des cours d'eau mais alors, les particuliers doivent payer une taxe sur les médicaments, les lessives, les produits ménagers, les billets d'avion, les boues des stations d'épuration !!! », juge Aranaud. (©Terre-net Média) 

Hub :  « Pollueur = payeur. Ce n'est pas compliqué : moins tu mets de pesticides, moins tu paies !! »

Steph18 : « C'est sûr, c'est un plaisir de passer dans les champs avec un pulvé... Et cela ne coûte rien non plus ! Pour ma part, quand je traite, c'est vraiment par obligation. Par exemple pour détruire les chardons de mes voisins bio. Dans ce cas-là, qui doit payer ? »

Steph72 :  « On n'a qu'à taxer le dioxyde de carbone plutôt ! Comme ça, tout le monde paiera... »  

Aranaud : « OK pour financer la dépollution des cours d'eau mais alors, les particuliers doivent payer une taxe sur les médicaments, les lessives, les produits ménagers, les billets d'avion, les boues des stations d'épuration !!! »

« Taxer les agris n'est pas la meilleure solution »

Terminé : « Non seulement les agriculteurs nourrissent les Français mais en plus, ils entretiennent les paysages dans tous le pays ! Ils sont vraiment inconscients tous ces farfelus qui inventent sans cesse de nouvelles taxes !! Les paysans ne peuvent plus payer de toute façon !!!  Qu'on nous paie d'abord correctement nos produits et qu'on nous respecte !!!! »

ptiloui : « Il y a a tout de même 91 % des cours d'eau de surface qui contiennent des résidus de pesticides. Et 90 % de ceux-ci sont utilisés en agriculture. Donc c'est un peu facile de se dédouaner sur la SNCF qui, bien sûr, pourrait faire des efforts. Je ne pense pas que taxer les agris, qui utilisent encore des produits phytos, soit la meilleure solution. C'est le système, qui les a conduit dans cette impasse, qu'il faut revoir de fond en comble. En commençant par faire la chasse aux lobbys tout puissants qui font et défont les politiques agricoles... On peut et on sait faire autrement qu'avec la chimie. Par contre, il faut pour cela un accompagnement technique, financier et des prix rémunérateurs. »

Et augmenter le prix des produits agricoles ?

Hub : « De meilleurs prix ne feraient qu'augmenter la pollution des cours d'eau !! Plus ils sont bas, plus vous faites attention à vos dépenses, c'est comme ça ! »

Maxens : « Réflexion pitoyable de consommateur qui se gave de produits à bas prix, importés, en se foutant que l'on pollue à l'autre bout du monde, tant que son pré carré est intact... Vous n'êtes que des écologistes de bas étage, qui refusent de payer la nourriture à son juste prix ! »

Pipo  : « Des prix élevés risquent au contraire de durcir les normes antipollution. Vous nivelez par le bas comme l'industriel qui veut fournir des produits pas chers aux consommateurs. Faut pas vous étonner de bouffer de la m..., mais celle-ci ne vient pas de chez nous! »

Détracteurs vs défenseurs des pesticides : match nul...

Hub : « Vous avez vu en ce moment, le long des champs, le nombre de talus traités en bord de route, parfois jusqu'au fossé ? C'est interdit bien sûr...  (...) »

Abeille : « Beaucoup d'agris font n'importe quoi ! Heureusement qu'il y a quelques exceptions... Chez moi, la police de l'eau est venue tirer les oreilles et donner une bonne prune à un paysan qui avait abusé. C'est maire, ça veut tout bouffer et braver l'interdit en toute impunité ! Le temps des seigneurs est fini pourtant ! »

Steph72 : « Nos concitoyens ne prennent-ils souvent les bords de champs pour des poubelles ? Mais ils ne sont pas verbalisés pour autant !? »

a : « Et les particuliers qui brûlent les fossés pour ne pas passer la débroussailleuse, c'est aussi interdit !!! »

Titian : « J'espère que tous les écolos bobos mettent des gants pour utiliser des produits ménagers et un masque pour accrocher un collier antipuces au cou leur animal de compagnie. Et je ne parle pas des fongicides sur leurs canapés ! Mais chut... »

Steph72 : « Quand on veut faire la morale aux autres, il faut s'assurer d'être soi-même irréprochable ! Et si vous vous passiez d'antibiotiques ? Il y a aussi des résidus dans l'eau mais c'est vrai, c'est plus facile d'accuser les agriculteurs de polluer. » 

Pipo  : « Dire que les cultures poussent toute seules est une énormité ! Quand on ne traite pas le blé et qu'on ne lui n'apporte pas d'engrais, le résultat est clair : des épis de 0,5 cm avec deux grains tout pourris à l'intérieur ! »

... qui dégénère en bagarre de cours d'école

Comme le fait remarquer Hub :  Ah oui !! Pourquoi moi et pas eux aussi ? C'est du niveau CP/CE1, pas plus ! »

Quid du cuivre utilisé en bio ?

Steph72 : « Et le bio traité au cuivre ? Pour des sols vivants et les cours d'eau, ce n'est pas terrible non plus... Si les traitements chimiques en agriculture conventionnelle étaient si nocifs, il n'y aurait pas autant de vie dans le sol alors que le cuivre, lui rend les parcelles infertiles. De plus, en agriculture biologique, on remplace une pollution par une autre : il faut plus de passages d'outils, donc plus de carburant. »

ptiloui : « Non !! La première molécule de pesticide est déjà dangereuse ! Ce qui n'est pas le cas des éléments, comme le sel ou le cuivre, que l'on peut trouver dans la nature et qui sont nécessaires à la vie, sauf à haute dose évidemment où ils deviennent toxiques. »

Érigone : « Cela me fait toujours rire jaune quand des agriculteurs conventionnels, attaqués à propos de leur utilisation de pesticides, s'en prennent aux bio avec le cuivre. Nous sommes en système grandes cultures bio depuis 10 ans, sans phytos de synthèse ni naturels. Nous n'avons pas de pulvérisateur et ça se passe très bien ! »

Titian : « Les pulvérisateurs sont aussi bien pratiques pour l'application d'extraits fermentés de plantes et de bien d'autres activateurs biologiques tout à fait conformes à l'esprit originel de l'AB. Actuellement, le pulvé est complètement et injustement diabolisé. »

« Raccourcis excessifs et raisonnements binaires » !

PàgraT : « Promouvoir l'AB comme solution à tous les problèmes relève soit de l'incompétence, soit de la mauvaise foi. Aucune forme d'agriculture n'est parfaite. Aujourd'hui sur France Info, on accusait l'agriculture de contribuer à la pollution aux particules. La qualité sanitaire des produits conventionnels n'a rien à envier à celle produits bio, bien plus aléatoire. S'imaginer que l'agriculture biologique puisse répondre à tous les défis est une vraie arnaque. Il manque déjà à l'Europe plusieurs dizaines de millions d'hectares pour assurer sa souveraineté alimentaire ! La lutte contre l'érosion et sa conséquence, le réchauffement climatique, passe bien plus par l'agriculture de conservation. La majorité des agriculteurs s'efforcent, chacun dans leur système, de produire du mieux possible et pour tous les porte-monnaies. À quoi cela servirait-il de convertir toutes les fermes en bio, si c'est pour importer encore davantage de produits qui ne respectent pas les normes françaises ? Réfléchissons plutôt ensemble à trouver des solutions qui tirent tout le monde vers le haut, répondent aux différents marchés, prennent mieux en compte l'environnement, bien au-delà du seul aspect, réducteur, des pesticides et permettent de se faire respecter par nos concitoyens et nos dirigeants. »

Steph72 : « Manger des produits bio qui viennent de l'étranger, c'est ingurgiter des phytos et des OGM interdits en France ! La mauvaise foi n'a pas de limite quand on parle d'agriculture biologique. Un jour, les consommateurs auront des problèmes de santé à cause des mycotoxines et du datura. »

Titian : « Ne vous méprenez pas, on n'attaque absolument pas les collègues en bio, on met juste le doigt sur certaines contradictions habilement passées sous silence par une certaine catégorie de lobbyistes. Tous ces raccourcis excessifs et raisonnements binaires devaient insupporter l'ensemble des agriculteurs car nous en sommes tous victimes au final. »

Comment parler du bio sans dériver vers l'A2C ?

PàgraT : « Moi, pour réduire les pesticides, les heures de tracteur et la consommation de GNR, je me suis lancé dans l'A2C. »

agri : « Oui pour faire plus d'hectares !  (...) Quand certains disent qu'il faut 10 ans pour arriver à quelques chose en agriculture de conservation... Qui peut se permettre d'attendre 10 ans ? L'A2C, dans le terreau, oui, ça marche ! »

Titian : « Non, on ne cultive pas plus d'hectares car en semis direct sous couvert, on passe du temps à réaliser des couverts végétaux dignes de ce nom, c'est-à-dire à forte biomasse. Pour le temps nécessaire à la restauration des sols, je dirais quatre ans seulement comme les bons effets prairie que connaissaient nos anciens. Oui, c'est un investissement ou plutôt une capitalisation dans son sol... Le plus important, c'est que chacun fasse comme il veut. »

Et vers le glyphosate ?

PàgraT : « Nos politiques veulent le libre échange et interdire le glyphosate pour se démarquer de nos concurrents (...). Il n'y a pas si longtemps, les bœufs de race à viande étaient présents à profusion dans les prairies. Ce n'est pas la législation qui les a fait disparaître, mais l'économie. L'A2C consiste bien à se défaire de l'emprise qu'exercent sur nous ceux qui vivent très confortablement sur notre dos. (...) Si la bande à Macron n'avait pas ambitionné d'interdire le glypho, je ne serais pas monté au créneau avec d'autres agriculteurs pour les en empêcher. En défendant le glyphosate par les temps qui courent, je ne me conforme certainement pas au système ! »

Et c'est reparti pour l'agribashing...

Titian :  « (...) La dernière de BFM ce matin : les particules fines, la faute à qui ? Je vous le donne en mille : aux agris pardi ! (...) »

Hub  : « Évidemment que l'agriculture n'est pas responsable de tous les maux mais elle a sa part de responsabilité, alors arrêtez de vous cacher derrière votre petit doigt ! »

Titian : « On se cache, on milite juste pour que l'on puisse continuer d'utiliser des herbicides de façon modérée. On estime juste que les alternatives aux pesticides sont pires pour l'environnement et moins durables au final. Je refuse cependant de critiquer les pratiques différentes des collègues car je suis convaincu que la diversité est source de progrès, plutôt que l'inflation des réglementations et des cahiers des charges en tout genre. »

Et si on se défoulait un peu sur Élise Lucet ?

Titian :  « Le meilleur : jeudi soir, Élise Lucet a sorti un nouveau un scoop : les bébés sans bras à cause des pesticides agricoles. (...) Ça devient grave : certains sont très critiques lorsqu'il s'agit de trouver des boucs émissaires ! »

Agribashing : « Ras-le-bol de cette Élise Lucet !!! Elle ment à longueur de temps et personne ne dit rien !! Pire, on lui donne plus de temps d'antenne. Vous avez vu ses pratiques ? Caméras cachées et parti pris contre les agriculteurs ! Aucune recherche d'autres causes possibles ! Bah non, puisque c'est sûr que les agris sont les responsables ! (...) C'est quand même bizarre que ces malformations aient été causées par les pesticides en France, et par le cadmium et l'arsenic issus des pollutions industrielles en Angleterre ! »

Hub : « Au contraire, c'est un bon reportage avec thèse, antithèse, synthèse. Il y a deux sources de pollutions différentes avec les mêmes effets, c'est tout ! C'est marrant quand Élise Lucet s'était attaqué à Lactalis, vos commentaires étaient plus élogieux !! »

Le Paroles de lecteurs sur l'émission Cash Investigation avec LactalisLes langues des éleveurs se délient face au silence de Lactalis et Sodiaal

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous